×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Nexans: Une valeur à fort potentiel

Par L'Economiste | Edition N°:1595 Le 05/09/2003 | Partager

Nexans Maroc, société aux activités diversifiées dans le domaine des câbles et équipements électriques, est l'une des valeurs les moins liquides du marché boursier de Casablanca, son taux de rotation se situant à 1,5% à fin août 2003. Les analystes de BMCE Capital viennent d'émettre sur une analyse qui la donne à fort potentiel de développement, recommandant de la conserver dans les portefeuilles. La société, filiale d'un groupe international du même nom, est leader sur le marché national des câbles électriques. Ses réalisations commerciales sur ce segment ont évolué de 7,1% en rythme annuel moyen sur les cinq dernières années pour s'établir à 477,4 millions de dirhams à fin 2002. Sur ses autres marchés -transformateurs, batteries et équipements électriques divers-, la société fait face à une concurrence de plus en plus acharnée de la part de nouveaux opérateurs, au sein d'un marché en surcapacité. Son activité de transformateurs, dont le chiffre d'affaires se monte à 70 millions de DH à fin 2002, a enregistré un taux de croissance annuel moyen de 13,7% sur les cinq dernières années, tirée à la hausse par le programme d'électrification rural de l'ONE. Pour le marché des batteries, ses ventes se réduisent de 1,4% en rythme annuel depuis 1998, pour se fixer à 68,5 millions de DH en 2002. La branche des équipements électriques stagne, quant à elle, sur la période sous étude à 47 millions de DH.Face à la baisse des prix et la multiplication des opérateurs sur ses marchés, Nexans s'est lancée dans une stratégie de diversification des produits et des marchés. Elle a entamé dès le début de l'année la fabrication d'une nouvelle gamme de câbles électriques. En outre, l'équipementier électrique veut attaquer le marché africain, tenant compte du faible taux d'électrification des pays du continent -qui ne dépasse pas les 10%.Les analystes concluent à une amélioration des résultats de la société pour les deux prochaines années. Son chiffre d'affaires prévu au terme de 2003 se situerait à 694 millions de DH et 704 millions de DH pour 2004, soit des variations de 3,8 et de 1,5%. Le résultat net devrait, pour sa part, progresser de 14,6 et 1,1% en 2003 et 2004, res-pectivement à 28,6 et 29 millions de DH.B. E. Y.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc