×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Négociations Maroc-UE: Divergences sur toute la ligne

Par L'Economiste | Edition N°:893 Le 13/11/2000 | Partager

. Les négociateurs se rencontreront le 21 novembre pour essayer de rapprocher des «positions très éloignées«. Rabat demande la «réciprocité« pour son «acte de bonne volonté« qu'est le renouvellementLa réponse européenne à la proposition du Maroc concernant le nouvel accord de pêche «ne cadre pas du tout avec les attentes de Rabat«, a déclaré à L'Economiste un responsable au gouvernement, qui a préféré garder l'anonymat. Sans donner de détails sur le contenu de cette réponse, ce dernier affirme que, pour l'heure, «les positions des deux parties demeurent très éloignées«.En effet, sur les huit points de la proposition marocaine, aucun ne semble avoir satisfait les négociateurs européens. Réduction de la flotte, diminution de la durée de l'accord, débarquement des prises au Maroc, contrôle par satellite… le pack marocain aurait été rejeté en bloc.Pour la durée, l'UE propose un accord de 5 ans pour «accompagner le plan quinquennal du Maroc«. Or, la période planifiée prend fin en 2004. Ce qui laisse entendre que les Européens cherchent à obtenir au moins un accord de trois ans (2001-2004), au lieu de deux proposé par Rabat. Concernant l'obligation de débarquement, deux contre-arguments sont avancés. Le premier est économique. Selon la Commission européenne, seuls 80 navires des 160 qui seront autorisés à pêcher dans les eaux marocaines seront rentables. Le second fait état de la faiblesse des infrastructures portuaires. Chose que le Maroc rejette en arguant que 1.700 de ses barques de pêche côtière et 1.400 autres de pêche hauturière débarquent sans problème dans ses ports.Pour cette objection, les pêcheurs espagnols répondent, par médias interposés, que la plupart des navires marocains transbordent leurs prises en mer. Cette idée, qui a largement circulé ces derniers jours, a été soulevée par des députés le vendredi 10 novembre, lors d'une réunion de la Commission des secteurs productifs. Deux réponses officieuses à cet égard. . TransbordementLa première reconnaît «des pratiques isolées sévèrement sanctionnées«, l'autre y oppose un niet total. «Les pêcheurs marocains n'ont aucun intérêt dans le transbordement qui, de surcroît, est techniquement quasi impossible. Les seuls transbordements sont faits dans le large de Dakhla sous le contrôle des autorités«, affirme un directeur au Ministère des Pêches Maritimes. Selon lui, c'est une simple surenchère.Et c'est justement le genre de réaction que Rabat invite ses interlocuteurs à éviter. Selon le responsable gouvernemental cité ci-dessus, «le passage d'une position de non-accord à celle de renouvellement est un acte de bonne volonté que les Européens doivent apprécier à sa juste valeur«. Rabat veut «la réciprocité« pour ce «geste de solidarité« avec les pêcheurs européens touchés par l'expiration de l'accord.Les professionnels ont-ils donc raison de considérer que le revirement de la position marocaine s'est fait à leur détriment? «La question ne doit pas être abordée du seul point de vue sectoriel, mais placée dans le cadre de l'intérêt général du Maroc et de ses différents rapports avec l'UE«, précise ce responsable. En clair, la décision du renouvellement est avant tout politique. o


Anonymat

Le seul point sur lequel les deux parties sont tombées d'accord est celui de ne pas communiquer. Objectif: «dépassionner le débat« sur le sujet en cette période de négociation et «parer à la manipulation médiatique«. Ce qui explique que les responsables, de part et d'autre, s'expriment sous le couvert de l'anonymat. Pour l'heure, l'unique information officiellement communicable est la date de la prochaine rencontre : le 21 novembre à Bruxelles.O. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc