×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Négociations avec Bagdad
Les USA veulent conclure au plus vite

Par L'Economiste | Edition N°:2858 Le 11/09/2008 | Partager

. Accord sur la présence américaine avant le 31 décembre. 8.000 soldats seront retirés de l’Irak et 4.500 déployés en Afghanistan L’administration Bush a jusqu’au 31 décembre pour s’entendre avec le gouvernement irakien sur un accord régissant la présence américaine à long terme en Irak, même si elle espère y parvenir bien avant, a affirmé un haut responsable.Le même haut responsable de l’administration a minimisé les déclarations d’officiels irakiens, à commencer par le Premier ministre, Nouri al-Maliki, selon lesquelles tous les soldats étrangers auraient quitté l’Irak en 2011.Quand il a engagé ces négociations il y a quelques mois, le gouvernement américain espérait un accord avant fin juillet 2008. Mais les tractations ont donné lieu à d’importantes divergences, exacerbées, selon les Américains, par la perspective d’élections provinciales en Irak.Les deux parties cherchent à s’accorder sur les conditions de la présence américaine après le 31 décembre et l’expiration du mandat de l’Onu sous lequel elle est actuellement placée.«Pas plus tard que le 31 décembre, quand expirera le mandat du Conseil de sécurité de l’Onu», a répondu le haut responsable américain auquel des journalistes demandaient quand il comptait sur un accord.Interrogé sur des déclarations du Premier ministre irakien et d’autres responsables quant à un retrait américain, il a mis beaucoup d’entre elles sur le compte de calculs politiques de la part de partis qui «se font de plus en plus entendre».Le Premier ministre a affirmé en août que son pays était parvenu avec les Etats-Unis à un accord selon lequel il n’y aura plus de troupes étrangères en Irak après 2011.Il n’y a pas encore d’accord, a dit le responsable américain, indiquant que le travail se poursuivait sur plusieurs points difficiles.Il a rejeté l’idée d’un accord pour quelques mois, histoire d’assurer la transition entre l’administration Bush et la suivante.Il s’exprimait le jour où le président George W. Bush annonçait une réduction minime de 8.000 hommes des effectifs américains en Irak dans les prochains mois et l’envoi d’environ 4.500 hommes en Afghanistan d’ici à janvier, quand il quittera la Maison Blanche.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc