×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Affaires

Natation: Le plan Ibrahimi

Par L'Economiste | Edition N°:3361 Le 14/09/2010 | Partager

. Réhabiliter la centaine de piscines municipales fermées . Des programmes de formation diplomante. Repositionner la natation comme discipline sportive phare Si Taoufik Ibrahimi espérait un état de grâce, c’est raté. Le nouveau président de la Fédération royale marocaine de natation (FRMN), nommé en novembre 2009, est déjà plongé dans l’état d’urgence. Jusqu’au 17 septembre, le Maroc abrite au stade d’honneur à Casablanca, à pied levé après la défection du Zimbabwe -il y a à peine un mois-, la dixième Coupe d’Afrique seniors de natation (CASN). Pour le staff fédéral, c’est une belle opportunité pour «donner un coup de brasse» à cette discipline longtemps pratiquée «en cachette», ironise Ibrahimi. Pour lui, le challenge est d’abord de «muscler» la fédération. Pour cela, «il faut des clubs forts, structurés, plaçant l’intérêt des nageurs au centre de leurs préoccupations». A sa nomination, le bureau de la fédération ne comptait que trois personnes, «bon à tout faire». Mais la place réservée à la natation, sur le plan national, devrait, en principe, faciliter cette remise à flot. En tout cas, c’est la condition, selon Ibrahimi, pour réussir la mise en œuvre de sa stratégie. Ce n’est pas gagné! En attendant les mesures qui seront déclinées par le nouveau staff, la natation est l’une des plus pauvres fédérations sportives avec 5 millions de DH de budget. Côté infrastructure, la seule piscine olympique aux normes internationales est celle du complexe Mohammed V à Casablanca. Plusieurs piscines municipales et communales sont fermées ou à l’abandon, «faute de moyens». Le challenge de la fédération de repositionner la natation comme discipline sportive phare, en aidant les clubs pour élargir leur base et augmenter le nombre de pratiquants, est de taille. «Cet objectif sera facilité par la création de nouveaux clubs autour de nouvelles piscines, prévues à Tanger, Agadir, Oujda». Le Maroc est classé 7e au top ten des nations médaillées d’Afrique, sur la base d’un décompte du nombre de médailles gagnées, établi de 1974 à 2008. Dans ce classement, il devance le Sénégal, le Madagascar et les Seychelles, bien loin derrière l’Afrique du Sud, la Tunisie, l’Egypte, l’Algérie, le Kenya et le Zimbabwe. La nation marocaine a encore peu de marge pour défier les ténors africains de cette discipline. Pour cela, Ibrahimi ne veut pas se jeter à l’eau les pieds en avant. Il entend d’abord mettre en place une infrastructure aux standards internationaux. D’où, dans son super plan, la mise à niveau des piscines existantes et l’optimisation de leur utilisation. Ce qui suppose un grand coup de pied dans la fourmilière pour, dit-il, «maintenir à flot les 3.934 licenciés» de la discipline. A cet effet, le président de la fédération de natation compte ouvrir les piscines non exploitées et réaliser de nouvelles dans le cadre du projet de construction de centres sportifs de proximité, comme retenu dans la plan stratégique du ministère de la Jeunesse et des Sports.Ensuite, vient la question des ressources humaines qualifiées que Ibrahimi entend résoudre en mettant en place un module d’encadrement et de formation. Cet axe vise à apporter un soutien d’abord aux clubs disposant de section natation, en organisant des séminaires et stages de perfectionnement, au Maroc et à l’étranger, en faveur des entraîneurs. Parmi les axes de ce module, la mise en place du brevet fédéral, permettant aux techniciens pratiquants d’accéder au statut d’entraîneur. La formation des fédéraux contribuera également à la mise à niveau. De nombreux autres programmes de développement des compétences en faveur des dirigeants des clubs, des ligues, en matière de gestion, finances, ressources humaines, devraient relancer la discipline.Où trouver le financement? Taoufik Ibrahimi ne dévoile pas encore sa stratégie, mais rassure la famille des nageurs qu’au-delà du budget de l’Etat, du sponsoring, «la fédération mettra en place une véritable politique et un réseau de conventions et de partenariats», à même de mobiliser les fonds nécessaires à son ambitieuse stratégie. En attendant, la natation compte parmi les 12 fédérations pouvant bénéficier du programme de mise à niveau du ministère, les 6 disciplines olympiques à recevoir l’appui du comité éponyme et les 3 retenues pour les premiers Jeux de la jeunesse. «C’est déjà ça», glisse un membre de la Fédération royale marocaine de natation.


Ambitions nouvelles

Les volets intentionnel et organisationnel de la stratégie Ibrahimi prévoient la refonte des statuts actuels de la fédération. Objectif: «les mettre en phase avec les exigences d’une gestion rigoureuse. L’idée non encore avouée ouvertement, c’est d’aller vers la professionnalisation de la discipline aussi bien pour son volet sport que gestion. Cette mise en place de procédures basées sur les meilleures pratiques managériales devrait «favoriser la transparence, l’efficience et la mesure des performances». Pour cela, la fédération prévoit de mettre en place des tableaux de bord périodiques couvrant les activités.Bachir THIAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc