×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Naissance du prince Héritier Moulay Al Hassan: Festivités
Marrakech: Un rite ancestral pour le nouveau-né

Par L'Economiste | Edition N°:1518 Le 14/05/2003 | Partager

. La célébration commence deux mois avant l'accouchementA Marrakech, c'est dès le septième mois de grossesse que le nouveau-né est à l'honneur chez les familles. Déjà deux mois avant l'accouchement, l'entourage des futurs parents fête en liesse l'arrivée d'une nouvelle descendance. Conviés à une soirée chez le couple, ils assistent aux prestations d'une troupe musicale féminine, qu'on appelle «ellâabat« ou «lhaddarat«. Cette soirée est aussi consacrée à la future maman. On lui enduit les mains et les pieds de henné, plante du paradis. On prépare la «kemmoussa« (boule), mélange d'alun et de péganum (harmal) noués dans un morceau de tissu, qu'on accroche à la cheville droite de la future maman, pour, selon la tradition, la protéger elle et le bébé du «mauvais oeil« et faciliter l'accouchement.Suite à l'accouchement, que les Marrakchis appellent jour de délivrance «Youm Al Khalass«, on prépare à la maman un repas de circonstance à base de poulet, de beurre rance et d'herbes et épices connues pour leurs vertus curatives. Puis, toujours le même jour, un autre repas, composé de «Mhamssa«, une sorte de pâte confectionnée spécialement au foyer et cuite à feu doux avec beaucoup de lait, de sucre et de beurre est présenté à la maman. Le troisième jour qui suit l'accouchement, c'est l'émaillotement du bébé qui est célébré «Yaoum lkamt«. Chants et offrandes sont à l'honneur. Pour la veille du baptême (sbouâ), la famille loue un hammam et convie les proches dans une ambiance de liesse. La salle de déshabillement est aménagée pour les invités auxquels on offre gâteaux, oeufs et café avant de prendre le bain. Bain où l'accouchée «n'fissa« est prise en charge par la masseuse «tiaba« qui couvre son corps d'herbes aromatiques.


Oujda: Sept jours de fête

L'arrivée d'un nouveau-né chez les Oujdis est fêtée pendant sept jours. Les festivités commencent depuis le jour de la naissance jusqu'à la cérémonie de l'immolation. C'est celle-ci qui marque le baptême du nouveau membre de la famille. A noter que le rituel des festivités marquant la célébration de la naissance au Maroc est caractérisé par des différences selon les régions. Les préparatifs pour l'accueil du nouveau-né commencent déjà plusieurs jours avant sa naissance. La famille veille alors à l'organisation de la cérémonie d'immolation et à la préparation des mets traditionnels spécifiques à cette occasion. Les plus populaires restent le couscous et le «bercoukech«. M. Kd. (MAP)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc