×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Naissance du prince Héritier Moulay Al Hassan: Festivités
Le Maroc en fête pour le baptême de Moulay Al Hassan

Par L'Economiste | Edition N°:1518 Le 14/05/2003 | Partager

. Les cérémonies seront célébrées à partir de ce jeudi. Après l'immolation d'un bélier, la procession des offrandes présentées par les 16 régions du pays entre au Palais royal. Les festivités doivent se poursuivre vendredi à Meknès et à FèsLe Maroc vit à un rythme festif depuis la naissance jeudi 8 mai du prince héritier Moulay Al Hassan. Rabat est entièrement mobilisée autour de cet événement. Tout est prêt pour la célébration du baptême. L'ambiance de fête est déjà là: la ville a changé d'allure. Tout en fleurs, propre et scintillante, elle s'est fait belle pour accueillir, dans le raffinement, les cérémonies. Et le hasard a fait bien les choses. Deux jours fériés concédés à l'occasion de Aid-Al-Mawlid permettent à la population de vivre pleinement ces moments de joie.Mercredi soir, le Souverain présidera la veillée religieuse, à l'occasion de la célébration de la naissance du Prophète. Cette cérémonie sera organisée à la Mosquée Hassan II à Casablanca. Elle est traditionnellement marquée par les psalmodies et «amdah» (les louanges du prophète). Ce sera la première apparition publique de SM le Roi en tant que père du prince Moulay Al Hassan au cours d'une cérémonie religieuse. Le lendemain jeudi, la naissance de SAR le prince Moulay Al Hassan donnera lieu à des réjouissances qui relèvent plus de la tradition que de la religion. Pour fêter les sept jours du bébé royal, plusieurs cérémonies sont programmées dans l'enceinte du Palais. Cela commencera, comme il se doit, par l'immolation d'un bélier. L'honneur revient, conformément à la tradition établie au Palais royal, à un membre du gouvernement, en l'occurrence le ministre de la Justice, Mohamed Bouzoubaâ, comme l'avait fait son prédécesseur au même poste à l'occasion du baptême de l'actuel Roi Mohammed VI.Après la cérémonie des voeux et félicitations présentés au Souverain par les notabilités et autres dignitaires de la ville, les membres du gouvernement, le corps diplomatique, et avant les festivités en privé de la famille royale, la population de Rabat et les délégations des différentes régions du Maroc entrent en scène pour s'associer à la fête. Les troupes populaires animeront les rues de la capitale avant d'arriver au Palais royal. Depuis plusieurs jours, Rabat est en fête. Fantasias gigantesques, chants et danses, retraites aux flambeaux par la garde royale se succèdent sans relâche. Pour couronner ces sept jours de festivités, la procession de la Hdia, -les offrandes présentées par les 16 régions du Royaume-, partira de Bab Rouah pour se diriger vers le Méchouar en passant par Bab Soufarah. Chaque région, en costume local, présentera son folklore. Comme à l'accoutumée, une foule énorme prendra position aux alentours du Palais royal, plusieurs heures auparavant pour partager ces moments de bonheur. Les chants et les danses des groupes folkloriques de toutes ces régions confèrent à l'ambiance un air de festival des arts populaires marocains. La météorologie clémente sera de la fête. On promet un soleil radieux sur les deux rives du Bouregreg, dont le ciel sera embrasé, la nuit, par un gigantesque feu d'artifice. On ne lésine pas sur les moyens. Il y a quelques jours, un carrousel aérien colorait le ciel de plusieurs traînées de fumée multicolores le long du Bouregreg.Après Casablanca et Rabat, les célébrations marquant la venue au monde du prince héritier se poursuivront vendredi à Meknès. Au menu, la prière du vendredi à Moulay Driss Zerhoun. Puis, le Souverain se rendra à Fès pour se recueillir sur le tombeau de Moulay Driss, au coeur de l'ancienne médina.


500 chevaux

Des spectacles de fantasia se déroulent dans plusieurs endroits de la ville. Mais, le site qui attire le plus la foule se trouve à Hay Nahda, à la périphérie de Rabat. Il compte près de 500 chevaux et autant de cavaliers. Ils sont à pied d'oeuvre sur un parcours entouré d'une centaine de gigantesques tentes caïdales. Les cavaliers représentent plusieurs tribus de différentes régions du Maroc. Une chose est commune à ces passionnés de fantasia: les soins apportés aux chevaux. Mohamed CHAOUI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc