×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie Internationale

    NAFTA: Un nouveau bloc commercial est né

    Par L'Economiste | Edition N°:49 Le 15/10/1992 | Partager

    L'ACCORD de libre échange nord-américain, liant les Etats-Unis, le Canada et le Mexique, (Alena en français et Nafta en anglais) a été signé dans la nuit du 7 Octobre, à San Antonio. Pour s'assurer que l'Alena ne renforce pas la protection à l'égard des pays tiers (article 24 de l'accord du GATT), le GATT aura donc à examiner les mille pages du traité.
    Conclu le 12 Août dernier et créant un marché de 360 millions de consommateurs, aussi important que celui de la CEE, cet accord prévoit l'abrogation sur quinze ans de toutes les barrières douanières entre les trois pays. Une longue période pour permettre au mexique de s'adapter à l'ou-verture des frontières.

    Dès l'entrée en vigueur du texte, 4.200 produits mexicains entreront librement aux Etats-Unis. Ils bénéficieront, entre-temps, d'un traitement préférentiel, en particulier dans le textile et l'automobile, les deux secteurs vitaux du pays.
    Au cours des premières années du traité, le Mexique pourrait créer quelque 600.000 emplois et réaliser un supplément de croissance de 1,5 point. Selon un sondage, les Mexicains sont massi-vement favorables à l'accord: 60% d'entre eux estiment que l'Alena sera bénéfique à leur pays contre 17% qui le croient dangereux. 23% restant sans opinion.
    Les Etats-Unis et le Canada démantèleront immédiatement les tarifs sur quelque 15.000 produits. (Le Canada est déjà lié aux Etats-Unis par un accord de libre-échange entré en vigueur en 1989). Un sondage d'opinions a révélé que 60% des Canadiens s'opposaient à l'Alena et que 53% d'entre eux et 57% des Mexicains jugent que ce sont les Etats-Unis qui bénéficieraient le plus de l'accord.
    Les syndicats et patrons canadiens craignent en effet que le traité accentue la colonisation de leur pays par les entreprises étasuniennes. Malgré cette méfiance, les Parlements des trois pays sont désormais d'accord.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc