×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Nador: Les forêts du Rif oriental revalorisées

    Par L'Economiste | Edition N°:2415 Le 05/12/2006 | Partager

    . Reboisement au programme. Aménagement également de sites d’intérêt biologique et écologique Le domaine forestier du Rif Oriental bénéficie de toutes les attentions. Le 2 décembre, Abdeladim El Hafi, haut commissaire aux Eaux et Forets, accompagné d’Abdelouafi Laftit, gouverneur de la Province de Nador, ont effectué une visite dans la région pour constater l’état d’avancement du projet de reboisement et de reconstitution des forêts du massif des Kebdana. Au programme aussi: le projet d’aménagement du site d’intérêt biologique et écologique (Sibe) du Mont Gourougou. Projets lancés dans le cadre de l’exercice 2005/2006. Un poste de vigie a été construit à Ich, et la reconstitution de la forêts est en cours. Une enveloppe de 9,3 millions de dirhams y a été allouée. L’objectif aussi est de prévenir et de maîtriser rapidement les feux de forêts. «La superficie moyenne incendiée dans la Province de Nador touche quelque 100 hectares par an. Les dégâts sont estimés à plus de 10 millions de dirhams», indique le directeur des Eaux et Forets de l’Oriental. En matière de chasse, le haut commissaire a procédé, dans la commune rurale Albarkaniyène, au lancement des travaux d’aménagement d’un lot, de 2500  hectares amodié à l’association Moulay Driss. La location du lot d’une durée de 5 ans, bénéficie à 33 permissionnaires et à 4 invités au maximum.L’aménagement de ce lot vise le repeuplement cynégétique au moyen de lâchers contrôlés de 90 perdreaux, la réalisation de 7 points d’eau et l’entretien de pistes. Par ailleurs, la délégation des Eaux et Forêts a inauguré le Sibe du Mont-Gourougou. Le but est d’améliorer la valeur paysagère et touristique du site et de préserver sa biodiversité. Ce projet a été mis en œuvre en deux ans avec une enveloppe budgétaire de 1,6 million de dirhams. Au terme de l’exercice 2005, il a été procédé au transfert de la décharge publique et aux travaux de réhabilitation sur 2 hectares, à l’évacuation des campements des immigrés clandestins et à l’ouverture d’une piste de 3, 8 km. En 2006, des aires de repos et des sentiers pédestres ont été aménagés.


    Mont-Gourougou

    Situé à 900 m d’altitude, à proximité de la lagune de Nador, sur une superficie de 1.800 hectares, soit 13 % de la superficie totale de Jbel, Gourougou, ce site d’intérêt biologique et écologique (Sibe) regorge d’énormes potentialités touristiques. De grande qualité, le paysage offre, sur tous les versants de la montagne, des formes de reliefs assez rares. Ce qui en fait un espace récréatif remarquable pour les visiteurs locaux, nationaux et étrangers. C’est aussi un capital foncier à même de générer d’importantes recettes et de créer des postes d’emploi.Seulement, le site a été l’objet de certains dysfonctionnements: décharge publique non contrôlée, campements d’immigrés clandestins, prélèvement abusif de bois, risques d’incendie, pression… A signaler que l’espace forestier, fragile et fragilisé, fait l’objet de convoitises démesurées. Mais, aujourd’hui, les Eaux et Forêts nationales ont l’intention de mettre fin à cette anarchie. De notre correspondant, Mohammed ZERHOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc