×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Nador : 20 millions de saisie quotidienne de contrebande !

Par L'Economiste | Edition N°:531 Le 17/06/1999 | Partager

De notre correspondante dans le Nord, Ilham BERRADA

· Multiplication des incidents avec du sang versé!

· La lutte contre la contrebande organisée est le premier souci de la Douane

· 90% des "contrebandiers" sont des femmes


Le spectacle sur la frontière de Beni Ensar est chaque jour hallucinant: trois queues de voitures et des milliers de Marocains traversant. Il y a certes ceux qui travaillent à Melillia et d'autres qui font l'aller-retour pour s'acheter de la marchandise. Dans cette dernière catégorie, il faudrait conjuguer au féminin. Parce qu'en effet 90% des "contrebandiers" sont des femmes. Mais le spectacle, parce que c'en est un, est encore plus inquiétant à la sortie. Ces femmes et ces hommes, ainsi que quelques enfants, font l'aller et le retour en moins de quelques heures en vue de faire passer la marchandise. En effet, cette dernière défile au grand jour et devant tous les contrôles A quoi sert alors la douane? «Nous subissons cette situation. Et les contrôles se font en aval», explique à L'Economiste M. Abdelkrim Benhalima, directeur régional de la Douane à Nador. A quelques kilomètres de la douane, effectivement les contrôles se multiplient. Ils deviennent même abusifs aux yeux des habitants de la région.
La lutte contre ce commerce illégal, qui ronge l'économie du pays, est sans aucun doute difficile. Et dans la région, ils sont nombreux à dire que «l'Alternance est arrivée, mais il n'y a pas eu l'alternative». En effet,
comment lutter contre le gagne-pain de nombreuses familles? «Il faut être courageux, sans dignité, pour ne travailler que dans la contrebande. Certes, c'est une source non négligeable d'argent facile. Personnellement, je n'ai pas pu continuer dans cette voie. Nous étions maltraités, insultés Ce n'était pas pour moi», explique à L'Economiste Hicham, ex-contrebandier et aujourd'hui employé au centre commercial de la ville de Nador, chez un vendeur de contrebande.

«Nous sommes conscients que cette contrebande fait vivre des milliers de foyers. Mais il faut savoir que notre première préoccupation est de lutter contre la contrebande organisée», précise M Benhalima. C'est en effet une bataille quotidienne où l'utilisation d'armes n'est pas exclue. C'est la nuit que les agents de la Douane se livrent à la chasse aux contrebandiers. Dans l'obscurité, les convois arrivent à vive allure et ignorent les barrages. Commence alors la poursuite des malfaiteurs armées d'épées et de grosses pierres. Chaque jour donc c'est une bataille, qui souvent se termine avec du sang versé, de part et d'autre. C'est certes au détriment d'une vie, loin d'être dépourvue de danger, que les agents de la Douane confisquent quotidiennement quelque 20 millions de DH de marchandises.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc