Culture

Musiques sacrées de Fès: Gilberto Gil fait salle comble

Par L'Economiste | Edition N°:1535 Le 09/06/2003 | Partager

. La soirée d'ouverture a été inaugurée par la troupe de Goran Bregovic avec une entrée remarquéeSécurité renforcée cette année autour du Festival des musiques sacrées de Fès. Les forces de l'ordre étaient partout, autour du site, dans les parkings et bien entendu à l'entrée. La capitale spirituelle n'a jamais vu autant d'agents de sécurité! Pour accéder à Bab Makina, lieu de la manifestation, tout le monde avait droit au passage sous les portiques de sécurité. Ces mesures de sécurité ont rassuré les spectateurs. D'ailleurs, sur 4.000 places prévues, les deux tiers ont été occupées dès le premier soir. Ceux qui sous-estimaient la fréquentation étrangère ont eu tort. «Les événements du 16 mai ne nous ont pas empêché d'assister au festival. Le Maroc est un pays qui restera toujours sécurisé«, avouent quelques touristes, lors de la soirée inaugurale. Pendant cette soirée, la troupe de Goran Bregovic a fait une entrée remarquée. Alors que toute la salle, en attente des musiciens, avait les yeux rivés sur la scène, des sons magiques se sont soudain fait entendre derrière les spectateurs. Toutes les têtes se sont donc retournées cherchant la provenance de ces notes diffusées par des saxophonistes. Entre-temps, les artistes en ont profité pour se mettre en place. Orchestre andalou de Tétouan, choeur de Belgrade, orchestres des mariages et des enterrements, voix bulgares ainsi que l'ensemble des cordes de Moscou ont livré à la salle une belle fresque artistique. Le spectacle a été rehaussé par des voix en solo de Amina (Tunisie), Françoise Atlan (France) et Vaska Jankovska (Croatie). Notons que cette soirée inaugurale a été placée sous la présidence de SAR la princesse Lalla Hasna. De nombreuses personnalités ont assisté à l'Oratorio de Goran Bregovic.Salle comble pour l'un des plus célèbres chanteurs compositeurs de la musique populaire brésilienne, Gilberto Gil. Il est devenu une star de la musique pop à l'échelle planétaire au cours de ces vingt dernières années. Récemment nommé ministre de la Culture de son pays, Gilberto Gil a su donner à son show une touche de vivacité. En descendant de la scène pour se mêler à l'assistance, il a libéré les esprits et décontracté la foule. Tout le monde était debout, applaudissant et se tortillant dans tous les sens. De retour sur le plateau, l'artiste n'a pas manqué de faire remarquer que «la musique spirituelle, ça bouge… parfois«; au grand bonheur de certains, qui ne viennent d'ailleurs que pour cela! M. K. et Y.S.A.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc