×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Politique Internationale

    Musiques de mai: De festivals en concours

    Par L'Economiste | Edition N°:231 Le 23/05/1996 | Partager


    Le mois de mai est particulièrement riche en manifestations musicales. Plusieurs capitales et grandes villes du monde se distinguent en ce domaine, à commencer par Fès, capitale spirituelle du Maroc qui, dans quelques jours, verra s'ouvrir la 2ème édition du Festival des Musiques Sacrées.
    En Europe, pour son festival du printemps, Prague a ouvert les portes de ses musées, de ses églises et de ses salles de concerts, de même qu'à Florence, Vienne, Amsterdam, Sofia et Dresde.
    Enfin Bruxelles, depuis le 12 mai, a vu affluer chanteurs et cantatrices venus chercher les lauriers couronnant leur jeune carrière.
    Ce n'est qu'en 1988 que le chant fait son apparition dans ce concours, fondé il y aura 60 ans l'année prochaine par la Reine Elisabeth de Belgique, sous l'impulsion du célèbre violoniste Eugène Ysaye disparu en 1931. En hommage à ce grand musicien, le violon -dont la souveraine jouait elle-même fort bien- fut la première discipline choisie et le premier lauréat un jeune Russe de 19 ans David Oistrakh dont l'éblouissante carrière ne prit fin qu'à sa mort en 1974. L'année suivante, premier concours de piano qui voit triompher un autre jeune Russe Emile Guillels l'emportant de haute lutte sur plus de 70 concurrents. La seconde guerre mondiale va, durant dix années, mettre le concours en sommeil. Infatigable, la Reine Elisabeth, la paix revenue, patronne en 1951 une nouvelle compétition.
    Après le décès de la souveraine en 1965, la Reine Fabiola, dont on connaît la générosité et l'intérêt qu'elle porte à la musique, poursuit l'oeuvre de la grand-mère de son époux le Roi Baudouin. Elle honorera de sa souriante présence, chaque année, fidèlement, le concours.
    En 1988, le premier concours de chant sera remporté par une jeune Polonaise Age Wibeke. En 1992, c'est Thierry Félix, un jeune baryton français qui triomphe devant plus de 80 concurrents.
    Cette année, on connaîtra le nom du vainqueur sans doute à l'heure ou paraîtront ces lignes. Les finales se sont en effet déroulées du 22 au 24 mai, les chanteurs étant accompagnés par l'excellent orchestre symphonique de la Monnaie sous la direction de Marc Soustrot.

    Françoise Fabien

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc