×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Musique: L'ouverture d'un grand magasin révèle un marché porteur

Par L'Economiste | Edition N°:46 Le 24/09/1992 | Partager

L'étude de marché menée par un magasin, créé tout récemment à Casablanca, a révélé que la musique constitue un marché porteur. Outre la commercialisation des pianos, instruments de musique, la société se donne pour objectif la formation de techniciens dans la restauration de ces instruments.

"L'émission Musica, diffusée sur la première chaîne, a suscité et suscite toujours un engouement pour les instruments de musique, surtout chez les enfants. De plus, l'étude de marché et de faisabilité, que nous avons réalisée, nous a montré que le marche marocain de la musique est porteur. C'est aussi un marché qui se réveille", reconnaissent les dirigeants de la société Carrefour de la Musique.

La société, qui a officiellement ouvert ses portes au début du mois de Septembre, axe son activité sur la vente, la location, la réparation, la restauration du piano. A cela se greffent les autres instruments tels que la guitare, le luth, le violon, la flûte, la derboukka... Il est toutefois inexact, précisent les dirigeants, de parler de nouvelle création (Carrefour de la Musique a été immatriculée à la patente en Mars 1992), car la société a "affûté ses armes durant les années 1990 et 1991". Au cours de cette période, elle s'est attachée à la formation de techniciens, qui manquent au Maroc, et à l'équipement complet de son atelier de réparation d'instruments de musique.

Le piano est alors complètement démonté, nettoyé et dérouillé puis remonté, mis au point et enfin accordé. Quatre personnes, spécialisées dans le déroulage, la mise au point, le vernis, le placage, travaillent au sein de l'atelier. Ces personnes suivent également des cours de solfège au Conservatoire pour "développer l'ouïe et pour savoir ce qu'est un piano", expliquent les dirigeants .

Carrefour de la Musique a noué des relations commerciales avec un certain nombre de firmes italiennes qui l'assistent quant aux dernières novations dans le domaine de la réparation des instruments de musique. Pour les deux prochaines années, le but de la société est de former de jeunes techniciens dans la restauration des instruments.

Cependant, indiquent les dirigeants de la société, l'instrument le plus prisé au Maroc est le luth. Fourni "semi-oeoeuvré" par les artisans de Salé, Rabat ou de Marrakech, le luth est mis au point par les techniciens de la société.

S'agissant du piano, droit ou à queue, la société représente plusieurs marques telles que "Pleyel", "Gaveau Bechtein", "Zimmermmann", "Hoffman"..."les connaisseurs s'y retrouveront". L'achat de ces pianos anciens (âgés de plus de 100 ans), qui peuvent peser de 700kg à une tonne, se fait par "le porte à porte" à travers l'Europe (Allemagne, Italie, France, Espagne...) "S'agissant d'oeuvres d'art, nous avons toutes les peines du monde à les faire sortir de leur pays d'origine". L'autorisation est accordée au niveau du Ministère de la Culture de chaque pays. Les pianos sont accompagnés, lors des achats, d'un certificat d'origine. Ils sont également numérotés, avec la date de fabrication, "un véritable état civil", soulignent les dirigeants. La société a jusqu'à aujourd'hui importé environ 75 pianos anciens, en bois massif. Les droits de douane et taux cumulés s'élèvent à 81,475%. A cela s'ajoute l'évaluation de l'instrument par la Commission des Valeurs.

Les pianos droits coûtent 40 à 60.000DH et de 135 à 180.000DH pour les pianos à queue, et ce en fonction de l'état du meuble et de la sonorité. Après l'achat, le client bénéficie d'un contrat de garantie pour une année, comprenant les pièces de rechange et la main d'oeuvre. Passée cette période, un contrat d'entretien est établi entre les deux parties.

La formule de la location est prévue au programme. Elle varie entre 500 et 700DH par mois pour les petits pianos. Toutes les réparations ainsi que les accords sont à la charge de la société Carrefour de la Musique, pour toute la période de location.
Les quatre éléments essentiels du piano, expliquent les responsables, sont les cordes, le clavier, la table d'harmonie et la charpente appelée barrage.
S'agissant tout particulièrement du clavier, composé de touches blanches et noires qui permettent la gamme chromatique, il était jusqu'après la guerre (1945) fabriqué en ivoire. Aujourd'hui, pour des raisons surtout de sauvegarde des animaux, les claviers sont en plastique spécial "mais nous ne retrouvons plus ce toucher de l'ivoire".

Enfin, Carrefour de la Musique commercialise, en plus des différents instruments, des livres et des méthodes de musique, en français ou bilingue, ainsi que des articles de danse, tels que les chaussons, tutus, collants, juste-corps...).

Meriem Oudghiri

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc