×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Moussahama augmente son capital de 84,5 millions de DH

Par L'Economiste | Edition N°:514 Le 25/05/1999 | Partager

· Recomposition du tour de table
· La BCP détient désormais 59%, la BEI 19%, Proparco 15% et Cofides 7%


C'est officiel. Le projet d'augmentation de capital de la Société de Participation et de Promotion du Partenariat, Moussahama-SPPP, vient d'être entérinée et ce, lors de la réunion des actionnaires le 21 mai présidée par M. Abdallah El Maaroufi, président-directeur général du groupe Banques Populaires. Après une première phase de six ans jugée concluante, le capital de Moussahama passe ainsi de 55,5 à 140 millions de DH. Objectif: doter la société des moyens nécessaires à son développement. Parallèlement, le tour de table a connu l'adjonction de deux nouvelles entités. Il s'agit de Proparco et de Cofides qui détiennent 15 et 7% respectivement du capital. En tant qu'actionnaire majoritaire, la BCP a vu sa part dans le capital passer à 59% et la BEI (Banque Européenne d'Investissement) à 19%. Outre la signature du protocole d'accord, la réunion était aussi l'occasion d'approuver la nouvelle déclaration de la politique générale de la société.
Celle-ci consiste particulièrement à développer les PME-PMI à travers le renforcement du capital investissement au Maroc et l'encouragement des joint-ventures maroco-europénnes.
En marge de cette réunion, Moussahama a affirmé sa volonté d'aborder le marché du capital restructuration. "Moussahama, qui a toujours été conseiller en capital investissement, pourrait dans des cas très spécifiques pratiquer du capital restructuration", explique M. Jalal Alaoui, directeur général de Moussahama.
Cette dernière opère dans le créneau capital création, capital développement ainsi que le conseil et l'ingénierie financière.
Jusqu'à février 1999, quelque 700 projets ont été soumis à la société: 250 ont été approfondis et 22 agréés. Parmi ces derniers, 11 ont été réalisés et 11 demeurent en instance.
Les critères de choix des projets reposent essentiellement sur la qualité du management et le positionnement de la société sur le marché. Ajoutées à cela, la structure financière, l'adaptation de l'outil de production et de la technologie et surtout les possibilités de retrait dans de bonnes conditions. Les participations de Moussahama varient entre 1 et 14 millions de DH.

Youssra MAHFOUD

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc