×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Moubarak aux USA

Par L'Economiste | Edition N°:1744 Le 09/04/2004 | Partager

. Le Caire amorce un «dialogue stratégique» Le président égyptien Hosni Moubarak s'est rendu jeudi à Londres, en route pour les Etats-Unis où il doit être reçu le 12 avril par le président George W. Bush. Au cours de sa visite officielle de quatre jours aux Etats-Unis, le chef de l'Etat égyptien doit entamer un «dialogue stratégique» avec le président américain et évoquer avec lui le conflit israélo-palestinien, notamment le projet de retrait unilatéral israélien de Gaza. Les deux hommes d'Etat doivent évoquer aussi la situation en Irak, la lutte commune contre le terrorisme et des réformes démocratiques au Moyen-Orient. Moubarak avait reçu, avant son départ, le Premier ministre palestinien Ahmad Qoreï mais ne prévoit pas de rencontrer aux Etats-Unis le Premier ministre israélien Ariel Sharon, qui doit être reçu le 14 avril par Bush. Moubarak a affirmé récemment qu'il avait mis en garde les Américains avant leur entrée en guerre contre les «jours noirs» qui les attendent en Irak. Le président égyptien a pris la tête d'une fronde arabe contre le projet américain du GMO, en affirmant «rejeter avec force les ordonnances prêtes à l'emploi proposées de l'extérieur» pour le remodelage politique du Proche-Orient. Mais le report par la Tunisie du sommet arabe, prévu à Tunis les 29 et 30 mars, l'a privé d'un «mandat arabe», qui aurait constitué un atout dans ses mains auprès du président Bush. Il s'est employé à combler le vide en rencontrant les principaux chefs d'Etat arabes de la région. Sur le plan bilatéral, l'Egypte, qui reçoit une aide américaine d'environ 2 milliards de dollars par an, réclame la libération d'une rallonge de 300 millions de dollars promise par Washington pour compenser le manque à gagner qu'elle affirme avoir enregistré à cause de la guerre d'Irak. Elle souhaite l'ouverture de négociations pour la création d'une zone de libre-échange avec les Etats-Unis, mais les Américains estiment que l'économie égyptienne n'a pas été suffisamment réformée pour franchir ce pas. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc