×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Affaires

Motex prend de nouvelles orientations

Par L'Economiste | Edition N°:2891 Le 29/10/2008 | Partager

. Le secteur hôtelier, très porteur. L’entreprise se lance dans l’export dès 2009 . Deux millions de m2 consommés par an Motex se donne les moyens de ses ambitions. L’entreprise, qui existe depuis 1981, a démarré ses activités avec le revêtement de sol textile en feutre aiguillé et des non-tissés. Depuis, elle s’est diversifiée. Devenue leader sur ce créneau avec près de 45% de parts de marché, «l’entreprise ne cesse d’investir», explique Hassan Lahrichi, DGA de Motex. Ainsi, l’investissement tourne autour de 2 axes: les bâtiments et les machines. En 2006, près de 9 millions de DH ont été investis dans le bâtiment pour, d’une part, optimiser le stockage et, d’autre part, abriter les nouvelles machines à tisser. La société dispose de 8 machines, chacune valant 10 millions de DH. «Tous les ans, nous déboursons entre 10 à 15 millions de DH suivant l’investissement». Le dernier en date concerne les produits destinés aux hôtels avec des paramètres techniques adaptés, qu’il est possible de personnaliser. La société compte parmi ses références, le Palais des Roses à Agadir, l’hôtel Golden Tulip à Casablanca ou encore le groupe Kenzi. Elle veut se lancer à présent dans l’export pour toucher les MRE en Europe et aux USA. «Nous souhaitons aussi toucher l’Afrique. Nous avons déjà fait des opérations en Mauritanie, Libye, Syrie. Mais à partir de 2009, nous ferons l’effort de trouver d’autres marchés à l’étranger». Il faut dire que jusque-là, 95% de la production est destinée au marché local. «Pour exporter, il va falloir investir pour augmenter notre capacité de production», précise le DGA.Le marché se porte plutôt bien. Ce sont 7 entreprises qui se partagent le marché. Le Maroc est un grand consommateur de tapis, ce dernier faisant partie de la culture du pays. Lahrichi estime le marché à 2 millions de m2 de tapis consommés chaque année par les Marocains. Avec un personnel composé de 150 (contre 110 personnes il y a près de 5 ans), l’entreprise réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires de 120 millions de DH par an. Entre 2005 et 2006, il avait évolué de près de 35%. Le pic de la consommation est enregistré du mois d’octobre à janvier et durant la saison estivale, grâce aux MRE. L’activité reste fortement liée au climat, la consommation dépendant de la récolte. Pour se diversifier, l’entreprise investit, à partir de 1995, dans une branche d’activité technique et à forte valeur ajoutée, les géotextiles. Ces derniers servent à la réalisation d’ouvrages de grande envergure tels que le gazoduc Maroc-Espagne, les travaux d’aménagement portuaire et d’assainissement urbain.Ce sont des nappes de fibres synthétiques, perméables, résistants et filtrants qui se déroulent à la manière d’un tapis pour garantir différentes fonctions dans les ouvrages d’art. Les géotextiles sont également employés dans les terrassements, contre l’érosion, pour les travaux routiers, ferroviaires et hydrauliques. Le produit répond à des paramètres hydrauliques et mécaniques et doit être agréé par les Autoroutes du Maroc. «Depuis les années 2000, nous fournissons la plupart des entreprises qui travaillent pour ADM», précise le manager. Ce produit représente 10% de notre chiffre d’affaires, le tapis représente 50% et la moquette 40%. Ce n’est qu’en 1998, devant l’engouement des Marocains et l’arrivée à maturation du marché de la moquette, que Motex se lance dans le tapis synthétique traditionnel, élément essentiel de l’art et de la culture marocaine, avec une nouvelle unité de production. Motex a choisi d’élargir sa clientèle en ouvrant en 2004 un magasin à proximité du très huppé bd Massira à Casablanca pour toucher une catégorie sociale «qu’on ne touchait pas avant. Nous avons adapté notre produit pour cela. Le but n’est pas de faire du bénéfice mais d’augmenter la notoriété de la marque auprès d’un public auquel elle n’était pas destinée auparavant», indique Lahrichi. Par ailleurs, les produits sont régulièrement révisés par le département artistique, composé de 4 personnes, qui étudient les nouvelles tendances des tissus d’ameublement: nouvelles couleurs, nouveaux motifs...Jihane KABBAJ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc