×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie Internationale

    Mort de Bourguiba: Sept jours de deuil en Tunisie

    Par L'Economiste | Edition N°:741 Le 06/04/2000 | Partager

    . Des funérailles officielles auront lieu au Mausolée de la famille Bourguiba à Monastir où l'ex-Président tunisien sera enterré

    L'ex-président tunisien Habib Bourguiba est décédé jeudi matin à l'âge de 96 ans, à son domicile de sa ville natale, Monastir, suite à une longue maladie. La nouvelle a été annoncée par le porte-parole officiel de la présidence de la République. Aussitôt après, son successeur, M. Zine El Abidine Ben Ali a décrété un deuil national de sept jours. La dépouille mortelle de Bourguiba doit être transportée de Monastir à Tunis afin d'être déposée au siège du parti au pouvoir (RCD) où un ultime hommage officiel et populaire lui sera rendu. La dépouille du "combattant suprême" sera ensuite ramenée à Monastir où seront organisées des funérailles nationales.
    M. Bourguiba avait été surnommé «le combattant suprême» pour avoir arraché de haute lutte à la France l'indépendance de la Tunisie. Il avait gouverné son pays sans partage pendant trente ans. C'est le 7 novembre 1987 qu'il avait été destitué pour «incapacité physique» par l'actuel président Zine El Abidine Ben Ali, qui était alors son Premier ministre. Né officiellement le 3 août 1903 à Monastir, d'une famille très modeste de sept enfants, M. Bourguiba fait des études de droit et de sciences politiques à Paris. Après avoir été emprisonné à plusieurs reprises, il accède à la présidence de la République en 1957. Il fera de la Tunisie le premier et le seul pays arabe musulman à appliquer une loi qui rejette la répudiation de la femme et interdit la polygamie. Constamment réélu, il est, en mars 1975, désigné par l'Assemblée nationale président à vie.

    Nadia BELKHIYAT (AFP)

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc