×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Moralisation des élections
    505 agents d’autorité sanctionnés

    Par L'Economiste | Edition N°:3044 Le 11/06/2009 | Partager

    . Non-respect de l’obligation de neutralité. 900 plaintes déposées devant la justice. L’utilisation de l’argent pour influencer les électeurs en têteA la veille du scrutin, le ministère de l’Intérieur envoie un message aux électeurs: le 12 juin doit se passer dans la transparence et l’intégrité. Pour cela, il a fait le point hier sur les mesures de moralisation du processus électoral. C’est ainsi que des mesures disciplinaires ont été prises à l’encontre de 505 agents d’autorité. Ces derniers ont été réaffectés à l’administration centrale ou aux sièges des provinces. Certains ont été suspendus ou radiés pour n’avoir pas respectés l’obligation de neutralité. Dans cette opération de moralisation, le ministère de la Justice constitue une pièce maîtresse. C’est ce qui explique la présence de Mohamed Abdennabaoui, directeur des affaires pénales et des grâces du ministère de la Justice, au point de presse, organisé hier à Rabat. Selon lui, il s’agit de 900 plaintes déposées dont 741 après le démarrage de la campagne électorale. Les 186 ont été formulées avant le coup d’envoi de la campagne, juste au cours des dépôts des candidatures. En tout cas, la justice a statué sur 614 plaintes (68%) alors que 286 sont en cours d’examen. Sur ce registre, Abdennabaoui a relativisé le phénomène: la hausse quotidienne de 53 plaintes par jour n’a rien à voir avec les 220 enregistrées lors des dernières élections législatives. Pour lui, les infractions liées directement aux élections font ressortir en première position l’utilisation de l’argent pour influencer le vote des électeurs à hauteur de 295 plaintes, soit 33%. Elle est suivie par le recours aux moyens de l’Etat et l’abus de fonction pour 77 des plaintes. 52 plaintes ont trait à l’utilisation de la violence ou des menaces pour influencer les électeurs et 49 autres sont relatives à la campagne électorale anticipée. Le non-respect des règles régissant l’inscription sur les listes électorales (42) et des procédures de campagne électorale (39). Quant aux plaintes classées de droit commun, elles sont multiples. 121 portent sur les menaces, 57 sur les insultes et la diffamation, 43 sur les coups et blessures. A cela s’ajoutent 27 plaintes pour atteinte aux biens d’autrui et 14 pour blocage de la circulation, faux et usage de faux. Sur le chapitre de la répartition régionale, c’est Marrakech-Tensift-Al Haouz qui arrive en tête avec 168 plaintes, suivie de Meknès Tafilalt avec 102 plaintes et celle du Souss 92 plaintes. C’est la région de Oued Eddahab Lagouira qui est en queue de peloton avec seulement 3 plaintes. L’appartenance politique n’est pas en reste. Selon le document du ministère de l’Intérieur, c’est le PAM qui arrive en tête au niveau des plaintes, suivi par le RNI et l’Istiqlal.Il est à rappeler que dans cette opération de contrôle du processus électoral, la coordination entre les départements de l’Intérieur et de la Justice a démarré bien avant le début du processus. Ainsi, des réunions entre les deux ministères avaient abouti à la mise en place d’un dispositif conjoint pour la moralisation de cette étape décisive pour la démocratie. Cela a été suivi par la publication d’une circulaire conjointe comprenant les dispositions à prendre pour combattre les violations de la réglementation en vigueur. Ainsi, une cellule centrale qui rassemble l’ensemble des plaintes adressées à l’administration territoriale, au ministère de la Justice, les services de sécurité et la presse.Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc