×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Montée du crédit personnel et stagnation du leasing en 1998

    Par L'Economiste | Edition N°:492 Le 23/04/1999 | Partager

    · 52% des crédits distribués aux particuliers ne sont pas affectés
    · A l'image de l'investissement, le crédit-bail marque un coup de frein


    Le crédit à la consommation innove, selon les périodes de l'année et le type de clientèle visé. Résultat: les formules se multiplient et la concurrence n'en est que plus accrue. Le marché du financement hors banques est aujourd'hui réparti entre 35 sociétés de crédit à la consommation, deux sociétés de crédit immobilier et huit de crédit bail. La plupart sont des filiales de banques.
    L'Association Professionnelle des Sociétés de Financement (APSF) a communiqué, jeudi dernier, les chiffres de la profession au terme de l'année 1998. L'encours des crédits hors crédit bail s'est élevé à 14,7 milliards de DH contre 10,8 milliards un an auparavant, soit une progression annuelle de 36,4%. Les crédits distribués, eux, se chiffrent à 9,3 milliards de DH contre 7 milliards en 1997. Les particuliers s'y taillent la part de lion avec plus de 94%, le reste étant destiné aux entreprises.
    Vue de plus près, la production des sociétés de crédit reste dominée par les prêts non affectés, plus communément appelés crédits personnels. Ce type de crédit connaît un succès grandissant depuis deux ans seulement, au détriment du prêt affecté aussi bien aux véhicules qu'à l'équipement domestique ou autres. A fin décembre 1998, le prêt personnel représente près de 52% des crédits distribués aux particuliers contre 49,5% en 1997.
    Pour ce qui est des prêts affectés aux entreprises, c'est le financement des véhicules qui l'emporte avec près de 96% des 525 millions distribués en 1998. Le reste est réparti essentiellement entre les biens d'équipement et l'immobilier.
    Les créances en souffrance demeurent la seule ombre qui ternit l'image du secteur. Les dégâts ont été limités en 1998 pour les crédits aux particuliers, contrairement aux entreprises où les créances en souffrance sont passées à 14 millions de DH sur les crédits distribués contre 4 millions seulement en 1997.
    Quant à l'activité leasing, elle a marqué un léger coup de frein entre 1997 et 1998, sous l'influence du ralentissement global de l'investissement pendant cette période.
    La production crédit-bail à fin décembre 1998 s'est élevée à 2,8 milliards de DH contre 2,9 milliards en 1997. 93,5% réalisé par le crédit bail mobilier. Maghrébail et Wafabail sont les deux sociétés qui ont connu une régression de leur activité en 1998. A l'opposé, Maroc Leasing grignote les parts de marché et réalise une production de 722 millions de DH pour 1,1 milliard d'encours. Elle porte ainsi sa part de marché à 25%. L'encours total de l'activité leasing s'élève à 5 milliards de DH en 1998 contre 4,7 milliards un an auparavant.

    Hanaâ FOULANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc