×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprise Internationale

    Monoprix regroupe ses magasins populaires

    Par L'Economiste | Edition N°:35 Le 25/06/1992 | Partager

    Le groupe Monoprix, filiale à 55% des Galeries Lafayette, a décidé de réorganiser son pôle de magasins populaires (Monoprix, Super M, Super Monoprix et Inno).

    Ainsi, l'ensemble de ces magasins va être regroupé dans une seule et même entité, le Palais de la Nouveauté, cotée sur le marché au comptant de Bourse de Paris.

    Détenue à hauteur de 70% par le groupe Monoprix, le Palais de la Nouveauté va absorber la société des magasins populaires de la vallée de la Bièvre (SMPVB) et l'Union Commerciale de Magasins Populaires (UCPM), qui participe pour 6,5% au capital de la SMPVB.

    Techniquement, l'opération sera réalisée sur la base d'une action Palais de la Nouveauté contre cinq parts SMPVB et d'une action Palais de la Nouveauté contre une action UCPM.

    Le nouvel ensemble issu de cette opération pèsera 10 milliards de Francs et sera détenu à 80% par Monoprix.

    D'après les dirigeants du groupe, ce rassemblement s'imposait car "l'exploitation des magasins populaires de Monoprix était jusque-là caractérisée par une organisation opaque et complexe".

    Cette opération de fusion, expliquent-ils, aura pour effet de clarifier les structures de ce pôle, en regroupant des entités qui exercent toutes le même métier.

    A travers la récente intégration à 100% des Nouvelles Galeries et la décision de regrouper les forces de Monoprix, les Galeries Lafayette "témoignent de leur volonté de s'assurer un meilleur contrôle de leurs filiales, afin de tirer le plus grand profit des opérations de restructuration en cours" commente un analyste financier.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc