×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Mondial 2006: 45.000 lits supplémentaires à installer

    Par L'Economiste | Edition N°:598 Le 20/09/1999 | Partager

    · La candidadure peut mobiliser les énergies pour faire disparaître les handicaps à la politique foncière du tourisme
    · Aménagements fiscaux à revoir


    Le projet Coupe du Monde est l'axe mobilisateur qui peut arriver, à brève échéance, à sortir le tourisme de ses conceptions étriquées et de ses disputes de clochers. La baraka a voulu que l'excédent de recettes du GSM donnent un ressort financier à cette mobilisation.
    En matière touristique, les demandes du Comité d'organisation ne sont pas très élevées: améliorer les facilités fiscales; réaliser les investissements publics hors site (aménagements fonciers, routes, eau, électricité, télécommunications, dépollution) tels qu'ils sont programmés dans le plan du secteur; débloquer les problèmes fonciers locaux, au niveau des municipalités, de manière à ce que les promoteurs d'immobilier touristique accèdent à des terrains très bon marché ou gratuits.
    Les mesures fiscales demandées concernent les équipements immobiliers du tourisme. La reprise montre que le Maroc va rapidement atteindre le plafond de sa capacité commercialisable, ce qui impose une politique efficace d'investissements. Les deux autres demandes du Comité concernent le même domaine de l'immobilier touristique et des infrastructures publiques.
    C'est à ce niveau que se situe l'enjeu principal, dans la perspective de la candidature certes, mais aussi et surtout dans la perspective du développement de ce secteur. Le Maroc compte, à fin 1998, 91.300 lits. C'est exactement ce qu'il faudrait pour accueillir les visiteurs lors de la Coupe du Monde, mais ils ne sont toujours pas au bon endroit, ni dans les normes internationales. En fait, ne correspondent à la demande en quantité et qualité qu'environ 30.000 lits. Le rythme de croissance qu'a planifié le Ministère du Tourisme donne 23.000 lits supplémentaires répondant aux demandes spécifiques de la Coupe du Monde. Il faudrait donc quasi-tripler l'effort et ajouter quelque 40.000 à 45.000 autres lits. Cet effort n'est pas perdu une fois la Coupe du Monde passée (ou bien au cas où le Maroc ne décrocherait pas l'organisation). L'effet mobilisateur de la candidature peut être développeur par lui-même, en permettant de lever rapidement les multiples freins mis au développement du tourisme.
    L'expérience constante de l'investissement touristique depuis trente ans montre en effet que les conflits de compétences et le désordre des statuts fonciers sont les deux principaux obstacles au développement. Ils ont tout deux empêché l'apparition d'une politique efficace pour le foncier et l'immobilier du tourisme.

    Nadia SALAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc