×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Mini-sommet arabe sur l’Union pour la Méditerranée

Par L'Economiste | Edition N°:2796 Le 11/06/2008 | Partager

. Kadhafi se déclare contre le projet . Les projets promis aux pays du sud de la Méditerranée étaient un «appât» LE dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, a exprimé son refus du projet d’Union pour la Méditerranée (UPM), avertissant que celui-ci porterait atteinte à l’unité arabe et africaine, lors de l’ouverture d’un mini-sommet arabe, hier à Tripoli. «Nous sommes des pays membres de la Ligue arabe et aussi de l’Union africaine et nous ne prendrons en aucun cas le risque de déchirer l’unité arabe ou africaine. Il faut que nos partenaires (européens) comprennent bien cela», a-t-il dit. «Si l’Europe veut coopérer avec nous, qu’elle le fasse avec la Ligue arabe ou l’Union africaine (...). Nous n’acceptons pas que l’Europe traite avec un seul groupe» de pays, a-t-il déclaré.Mouammar Kadhafi a poursuivi: «L’UE veille sur son unité et refuse sa division et l’initiative de notre cher ami (le président français Nicolas) Sarkozy a été rejetée fermement par l’Europe. La Ligue arabe n’accepte pas également de disperser ses rangs et de détruire son unité».Kadhafi a qualifié par ailleurs l’UPM de «projet passager» voué à l’échec comme ceux du processus de Barcelone ou de la politique de voisinage de l’UE avec ses voisins de la rive sud de la Méditerranée.«Tous ces projets ont échoué et sont morts (...). Nous refusons de sacrifier la Ligue arabe ou l’Union africaine pour des projets passagers», a-t-il encore dit.Le colonel Kadhafi a par ailleurs estimé que les projets économiques promis aux pays du sud de la Méditerranée étaient un «appât» et représentaient «une sorte d’humiliation» envers ces pays. «Nous nous sommes ni des affamés ni des chiens pour qu’ils nous jettent des os», a-t-il déclaré.Mouammar Kadhafi était le seul à parler à l’ouverture de ce mini-sommet auquel participent également les présidents syrien, Bachar al-Assad, mauritanien Sidi Ould Cheikh Abdallahi, tunisien, Zine El abidine Ben Ali, algérien, Abdelaziz Bouteflika, et le Premier ministre marocain, Abbas El Fassi. Cette rencontre, à l’initiative de la Libye, doit examiner l’adhésion des pays arabes au projet d’UPM, lancé par le président Sarkozy et dont la proclamation est prévue le 13 juillet à Paris. Vendredi dernier, lors d’un Forum des pays de la Méditerranée (Formed) à Alger, les pays arabes ont par ailleurs demandé des «clarifications» sur la participation d’Israël à l’UPM.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc