×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Midaoui: L'argent dans les élections relèvera du pénal

Par L'Economiste | Edition N°:968 Le 01/03/2001 | Partager

Le ministre de l'Intérieur avait à faire à forte partie quand il exposait le mardi 27 février 2001 ses points de vue dans l'émission Hiwar, sur RTM, en même temps, le terrible et magnifique film de Roberto Bennini, «la vie est belle», passait sur 2M! Et quand on pense que les deux chaînes nationales sont obligées de se partager ce qui leur reste d'audience face à la myriade des programmes diffusés par satellite...M. Midaoui a le don d'apparaître comme un homme franc et direct, même si dans le fond, il s'en tient le plus souvent à des idées convenues, ce que les journalistes appellent «la langue de bois». En fait, il fait la différence grâce à son ton: il passe mieux que la plupart des politiciens parce que la plupart du temps, il donne l'impression de croire en ce qu'il dit.M. Midaoui n'a pas créé de surprise sur les dossiers en cours: Sahara, Maghreb, droit de l'Homme, intégrisme... Sur ce dernier point, il a estimé qu'il y avait déjà beaucoup de partis et qu'en tout état de cause, un parti politique ne peut pas se prévaloir de la religion, puisque l'islam est partagé par l'immense majorité des Marocains. Sur les élections toujours, le ministre a promis que les textes de réforme en cours seraient prêts (code, découpage...). Il a annoncé que l'usage de l'argent dans les élections sera traité au pénal. En revanche, il a considéré que les sanctions administratives étaient suffisantes pour les agents d'autorité et les élus indélicats dans l'exercice de leur fonction. Questionné sur les mouvements du personnel de son ministère, M. Midaoui en a profité pour expliquer qu'il n'y a à ses yeux pas de raison pour que les gouverneurs soient directement rattachés au Premier ministre, puisque c'est le Ministère de l'Intérieur qui est rattaché à la Primature. J. R.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc