×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Microentrepreneurship Awards 2006
    Les dix projets qui ont redonné espoir

    Par L'Economiste | Edition N°:2424 Le 18/12/2006 | Partager

    . Pêche, artisanat, boulangerie, tourisme, recyclage de pneus: les activités gagnantes. Des chèques et une formation offerte par le CJD«Vous êtes les vrais Marocains!», lance Abderrahim Harouchi, ministre du Développement social aux dix meilleurs microentrepreneurs 2006. Beaucoup d’émotion pour la 2e édition des «Microentrepreneurship Awards» organisée par PlaNet Finance en partenariat avec Citigroup, jeudi 14 décembre à Casablanca. Un événement dont L’Economiste est partenaire presse. Cinq catégories ont été retenues par le jury et deux microentrepreneurs ont été primés dans chacune d’entre elles. Un chèque de 22.000 DH a été remis aux premiers gagnants et un autre de 14.000 DH aux seconds. Et le CJD leur offre une formation en gestion de 10 jours.. Catégorie meilleur microentrepreneur- Le 1er prix a été attribué à Fatima Azirar pour sa boulangerie à El Hajeb. Agée de 48 ans, elle a démarré son projet grâce à un crédit de l’association «Attadamoun». Fatima emploie aujourd’hui 4 personnes et recrute 6 à 7 autres l’été. Nouveau défi: développer son projet et créer une boulangerie-pâtisserie, dans un autre quartier de la même ville.- La seconde primée est Kheira Aït Benali de El Kbab (région de Khénifra) pour son projet d’élevage/ tissage et produits d’artisanat. Ayant commencé son activité avec un 1er prêt solidaire de 750 DH alloué par l’association «Amos», Kheira, 42 ans, s’est vite rendu compte que l’activité de l’élevage-engraissement n’allait pas permettre de générer des revenus immédiats. Elle a dû créer, en parallèle, une activité de commerce de laine. Actuellement, elle a un patrimoine de 100.000 DH et réussit à faire travailler toute sa famille. . Catégorie meilleur microentrepreneur de moins de 35 ans- C’est Fouad Tallih qui a décroché le 1er prix de la catégorie pour son projet de vente et de réparation de téléphones mobiles à Tétouan. Agé de 29 ans, Fouad est handicapé physique. Grâce à la qualité de son travail, il a pu fidéliser la clientèle du quartier malgré la forte concurrence. Accompagné par la Fondation pour le développement local et le partenariat Fondep MicroCrédit, le challenge de Fouad était double: créer une activité génératrice de revenus et prouver qu’un handicapé est capable de s’en sortir seul. Il emploie, aujourd’hui, une personne.- Le second prix a été attribué à Karima Aït Ouazzar pour sa microentreprise de fer forgé, poterie et peinture tadellakt. Agée de 29 ans et soutenue par Fondep MC, sa rigueur et sa réactivité lui ont permis de s’autonomiser financièrement et de contribuer au bien-être de sa famille. Karima souhaite intégrer des réseaux de commercialisation, d’exportation et de vente à l’étranger. . Catégorie meilleur projet innovant- Le premier prix a été décerné à l’exceptionnelle «femme pêcheur» au Maroc, Saâdia Mekhfi de Laâyoune. Celle-ci a décroché son 1er crédit grâce à Zakoura. Saadia a décidé d’exercer cette activité, où les hommes règnent en maîtres, suite aux problèmes de santé de son mari. Elle confectionne elle-même les filets et les hameçons. Saâdia possède aujourd’hui deux barques et emploie, selon les saisons, 5 à 15 personnes. Elle a gagné le respect de tous ses proches et son entourage, mais elle a surtout contribué au changement de mentalité.- Mohammed Belkhali est le second primé de cette catégorie pour la fabrication d’objets de décoration à partir de pneus usagés. Soutenu par Al Amana, ce bonhomme de 57 ans, à l’affût de bonnes idées, recycle les pneus et en fait de vrais objets d’art. Sa précarité l’a poussé à faire appel à sa créativité. Aujourd’hui, cet artiste emploie quatre personnes. . Catégorie meilleure performance- Samouh Zineb a remporté le 1e prix pour son projet de couture traditionnelle à Fès. Appuyée par l’association marocaine Solidarité sans frontières/MicroCrédit (AMSSF-MC), Zineb, 39 ans, témoigne «avoir été soutenue, non seulement financièrement, mais aussi psychologiquement». Divorcée, celle-ci s’est retrouvée avec 6 enfants à charge. Elle a créé sa propre entreprise et emploie 24 personnes.- Awatif El Helali est la seconde gagnante de cette catégorie pour ses babouches perlées. Handicapée physique et «marginalisée pendant longtemps», elle doit son salut à Zakoura. Awatif a, non seulement, réussi à assurer son autonomie matérielle, mais elle a pu se réinsérer socialement. . Catégorie meilleur projet développement durable- Le premier prix est revenu à Mohamed Imharkhan pour son activité d’accompagnateur en montagne dans la région de Bouguemaz à Azilal. Aidé par Zakoura, Mohammed a donné, à sa manière, un nouveau souffle à cette région. Il a participé à la création de l’association des gîtes et celle des accompagnateurs de montagne. - Youssef Ourizi, le spécialiste des tajines, est le second gagnant pour son auberge Tissardine dans les Gorges de Dadès. Ce jeune homme de 36 ans est polyglotte. Ses ambitions: construire un château d’eau, son propre parking et créer un bazar.Loubna MOUSSALI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc