×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Mi-temps, le roman ratéLes retrouvaillesPar Anouar Zyne

    Par L'Economiste | Edition N°:919 Le 19/12/2000 | Partager

    . Résumé du septième épisodeMa marocanéité a été remise en question deux fois. D'abord, pendant une manifestation d'étudiants ensuite, pendant un événement qui a remué la nation.J'ai appris par la suite que c'était une marche de solidarité avec l'Irak.La seconde fois, c'était pendant le mois de juillet 1999. Quand le Roi Hassan II quittait le Maroc et les Marocains à tout jamais… J'étais dans un hôtel à Agadir. Dieu seul sait combien j'ai été touché en apprenant la mauvaise nouvelle. C'était vers la fin de l'après-midi. Le soir, vers minuit, les habitants de la ville ont déambulé dans les rues, criant leur désespoir. En sortant encore une fois sur le balcon, je me suis fait traiter de traître, parce que je ne manifestais pas mon chagrin violemment et publiquement. Dans ces deux situations, pour les autres, je n'étais pas marocain. Alors que six ans avant la manifestation de solidarité avec l'Irak, j'écrivais des poèmes à tous les enfants de ce pays, alors que le lendemain de la mort de SM Hassan II, mon patron m'ordonna de poursuivre ma mission à Agadir et que je démissionnai en lui disant que je n'avais pas envie de dire à mes enfants que j'ai travaillé le lendemain de la mort de mon roi. Voilà.. Je demande Zhour en mariage!Zhour fait la vaisselle. Elle fait aussi la lessive et des fois, elle repasse mes chemises. Elle sait tout de moi. Elle sait qui je suis et elle ne m'appelle jamais par celui qui, mais par mon prénom. En effet, elle me connaît. Elle me voit crier n'importe quoi, jouer avec une balle de tennis; elle me voit embrasser les pieds de ma mère. Elle a tout connu: mes colères, mes joies, mes petites amies, mes déceptions. En plus, ce n'est pas grave qu'elle soit moche. Moi non plus, je ne suis pas très beau. Elle n'est pas totalement analphabète, c'est une analphabète fonctionnelle et ma mère lui a appris à faire la cuisine. A la fin du mois, elle est plus riche que n'importe quel membre de la famille, tous cadres dans de grandes entreprises. Elle est stupide, mais je pourrais lui demander de garder le silence toute sa vie. Et puis, elle est folle amoureuse de moi. Quand elle aura envie de regarder les feuilletons mexicains adaptés en arabe, j'irais prendre un café avec une hôtesse de l'air au café de l'aéroport, je la tromperais avec les plus belles femmes du Royaume, elle n'y verra que du feu! Ca y est, je vais la demander en mariage.Je me mets à genoux devant Zhour, et je lui dis:«Zhour, veux-tu devenir ma femme?«Elle me répondit:«Non, tu n'es qu'un enfant, je veux me marier avec un grand…« Fin. Les personnages ainsi que les événements de cette nouvelle sont fictifs. Toute personne qui s'identifierait à l'un d'entre eux ferait fausse route.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc