×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Mi-temps, le roman ratéDevinette: Qui suis-je?Par Anouar ZYNE

    Par L'Economiste | Edition N°:912 Le 08/12/2000 | Partager

    . Avis aux lecteursCeci est un vrai roman raté. Le personnage principal, différent de l'auteur, est quelqu'un qui pendant une période de sa vie a été contraint de vivre entre ce monde et un autre, juste aux frontières. C'est alors qu'il commence à faire des remarques de tout genre, des remarques qui portent sur la société où il vit.Raté, car cela était le sort de toute une génération; celle née à la fin des années 70. Aucun pouvoir ne m'octroie le droit de parler au nom de cette génération, à part peut-être le fait que j'en fais partie activement.Le style est simple et les capacités rédactionnelles sont modestes. Quant au vocabulaire, il reste relativement pauvre et faible en nuances. Bref, tous les ingrédients pour un roman raté sont réunis. Cependant, les faits, les constatations, cette rêvasserie ne constituent pour l'auteur qu'une première mi-temps, qui devrait en appeler une seconde, où le roman serait peut-être parfait.Bonjour ou bonsoir... Je suis un jeune Marocain vivant à Casablanca en 1999. Je suis mécontent! A propos, je m'appelle... Voilà, ça commence ici. On m'appelle «celui qui«. Par exemple, «celui qui invite beaucoup de filles chez lui«, ou encore «celui qui vient de rater un DEUG en droit« ou, comme tout récemment, «celui qui se prend pour un écrivain«. Quand je rencontre une de ces personnes qui ont empiété sur le reste de ma vie privée, la première chose qu'elle me demande, c'est si je suis «celui qui...« Je réponds systématiquement: «Non, je suis l'autre«. Bref, je m'appelle «L'autre, celui qui«. Si vous voulez savoir pour quelle raison je suis mécontent, la voici: «On m'a confisqué mon enfance, je suis devenu grand et tout ce que je veux, c'est redevenir enfant«.Il faut dire que dans la vie, il y a des semaines noires. Lundi, mon oncle est mort! J'ai eu mes résultats d'examen mardi: j'ai raté mon DEUG en Droit. Adieu les études en France! Mercredi, ma dulcinée m'a quitté pour un autre: il avait une BMW. Jeudi, j'ai très mal négocié un poste d'assistant en charge d'étude et vendredi, j'ai pleuré tout ce qui m'est arrivé dans la semaine. Samedi, j'ai séché mes larmes. Je commence une nouvelle vie, je fais le ménage dans ma chambre. Je lave le parterre sur fond musical. Je prends mon pied. Le téléphone sonne, il me dérange. Je réponds, on demande Zhour, la bonne. «Non, elle n'est pas là pour l'instant, Alalla«. «Tu ne sais pas où elle est, elle ne serait pas au marché?« «Non, Alalla, je ne sais pas où elle est et je ne sais pas si elle est au marché«. On me raccroche au nez, ce n'est pas grave. Je reprends mon torchon, j'essaie de retrouver ce qui était jadis un grand plaisir. Je chante, je danse, j'essuie en suivant le rythme... Il fait chaud, c'est un mois d'août, personne ne veut me prêter de l'argent. Je sue, je suis un looser. J'ai envie de mourir. Je plonge dans ma mémoire, je retrouve des visages, des sons, des mots... je cherche le début, en vain. Je persiste, je me concentre, ça y est, j'y arrive, j'y suis presque, oui, c'était ça, Mers Sultan, une fin d'après-midi, une femme, oui, c'était peut-être le début... J'ai grandi, c'est-à-dire que je ne suis plus un enfant... Quand j'entendais ma mère parler à ses amies de mes bêtises, ces dernières lui répondaient souvent: «Il est encore jeune«. Bizarrement, leur réponse devint: «Non, il ne doit plus faire ça, c'est devenu un homme (oula rajel)... tu sais, mon fils flâne...« J'étais frustré à l'idée de devenir adulte. Je descendis retrouver les copains qui ne me grandissent pas trop vite... Un de nos voisins qui venait de temps en temps récupérer les factures d'eau et d'électricité m'a croisé dans les escaliers; il a mis du temps à me reconnaître: «Tbarkellah, tu as grandi, tu ne serais pas celui qui habite...««Non, je suis l'autre«.. Demain, Balade sur la Corniche. Les personnages ainsi que les événements de cette nouvelle sont fictifs. Toute personne qui s'identifierait à l'un d'entre eux ferait fausse route.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc