×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Mi-temps, le roman ratéCorruptionPar Anouar Zyne

    Par L'Economiste | Edition N°:918 Le 18/12/2000 | Partager

    . Résumé du sixième épisodeJe dois aller chercher des papiers administratifs pour mon frère. Bientôt, je partirai avec ma mère en France...- Bonjour, Si Kadour.- Boj…j…r. - Dieu te garde, je voudrai avoir un certificat de célibat pour mon frère.- Certificat de célibat ou certificat de non-mariage?- Il y a une différence, Si Kadour?- Oui, bien sûr! Et il me fit un cours de droit administratif, étoffé de quelques notions de statut personnel, le tout accompagné d'une douche de salive matinale empreinte de l'odeur fétide de café noir et de cigarettes bon marché.- J'ai compris. Bon, un certificat de célibat, lui ai-je précisé.- Il vous faut 100 dirhams.- Et quoi comme papiers?- Rien, juste 100 dirhams.J'ai corrompu le moqadem, qui m'a donné le certificat de célibat pour mon frère, qui va se marier à une Française et nous ramener des visas. Oui, nous sommes partis en France, ma mère et moi.. Ma mère est une femme française!Je précise: ma mère est analphabète. Elle ne parle pas français, mais communique admirablement. Elle est magnifique. Elle a fait savoir à la France entière ce qu'était la communication. Même malade, fatiguée, essoufflée par un traitement médical de longue durée, ma mère mettait sa djellaba et sortait dans les rues de Paris. Elle s'est baladée dans la cité latine et a aimé les toits de Notre-Dame. Ca, Victor Hugo l'aura raté: la mère des 'celui qui' à Paris. Elle n'était pas impressionnée par le métro: elle s'y est très bien adaptée. A l'aéroport Charles-de-Gaule, elle s'est comportée avec les douaniers mieux que les autres passagers. Elle leur a montré exactement les papiers qu'il fallait au moment où il fallait. Un agent de sécurité m'a empêché de la raccompagner jusqu'à la salle d'embarquement. Elle était faible et ne pouvait marcher seule. Elle m'a rassuré avec l'un de ses regards si tendres et si parlants… Autant je l'ai aimée en ce moment, ma mère si douce et si sage, autant j'ai détesté ce maudit agent de sécurité et la France. En quelques instants, je la vis disparaître; je retenais mes larmes autant qu'elle retenait les siennes. Ma mère était magnifique. Je ne pouvais alors que courir vers la terrasse guetter le vol de l'engin. J'aperçus le Boeing de la compagnie aérienne marocaine. Ma mère s'envolait et avec elle, un enfant déçu par la France, courait sur une terrasse. L'avion de ma mère s'enfonçait dans le ciel… Je suis revenu quelques jours après en voiture, chez moi, dans mon pays, à Casablanca. Je me sentais à nouveau marocain. Tiens! marocain?. Lorsque je n'étais pas marocain!C'était à la faculté des lettres. En bon élève qui se respecte, assidu et bienveillant, j'étais toujours en classe avant tout le monde, avant même le professeur de communication orale que j'aimais beaucoup. Mes camarades de classe avaient pour habitude de surgir avec quelques minutes de retard en disant que la présence de l'autre en avance compensait leur absence lors du démarrage du cours. Cette fois, personne n'est venu. Je sortis sur le balcon et fus surpris en voyant une foule de gens, étudiants et professeurs, qui marchaient en criant. Naturellement, en ignorant la cause, je n'ai pas pris part à cette marche. Un professeur se saisit de l'occasion quand je lui demandai ce qui se passait: «Désolé, me répondit-il, je croyais que tu étais marocain…«. Demain, Les retrouvailles. Les personnages ainsi que les événements de cette nouvelle sont fictifs. Toute personne qui s'identifierait à l'un d'entre eux ferait fausse route.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc