Affaires

Metragaz renouvelle sa convention collective

Par L'Economiste | Edition N°:2768 Le 02/05/2008 | Partager

. Un projet mené en partenariat avec la CDT pour la période 2008-10Paix sociale. C’est le mot d’ordre de Metragaz, entreprise en charge de la gestion du gazoduc Maghreb-Europe, qui vient de reconduire sa convention collective pour la période 2008-10. Convention signée avec la CDT, le syndicat représentant les 108 employés de Metragaz. A noter que c’est l’unique convention qui existe à l’échelle locale. Selon l’entreprise, ce nouvel accord comporte de nombreuses avancées. Notamment le renforcement de la paix sociale au sein de l’entreprise et l’amélioration des relations entre la direction et son personnel. «Cette convention prévoit toutes les modalités des relations professionnelles au sein de l’entreprise avec le détail des droits et devoirs de chaque partie», affirme Mimoun Boujemaoui, directeur des ressources humaines de Metragaz. Un autre aspect novateur reste le code déontologique de l’entreprise, intégré dans le cadre de l’actuelle convention. Ce code fixe des règles de comportement spécifique dans différents domaines tels que le respect des valeurs morales et de l’environnement, ou encore l’image et la réputation de l’entreprise. Pour Metragaz, la convention permet aussi de mettre en place des procédures de motivation salariale transparentes que l’entreprise traduit par «flexibilité» et «sécurité». Ce dernier point concerne la protection du niveau de vie des salariés en leur garantissant une augmentation annuelle égale au moins à celle de l’indice du coût de la vie (ICV). La flexibilité, quant à elle, reflète la récompense des efforts individuels par une révision des émoluments en fonction du mérite. Il faut dire que le métier où opère l’entreprise n’est pas anodin. La gestion et l’entretien du gazoduc mobilisent près d’une centaine de personnes déployées sur plusieurs centres le long des 540 kilomètres du tronçon marocain. Metragaz est une filiale du groupe espagnol Gas Natural. Elle a la charge de l’entretien du tronçon marocain du gazoduc de Aïn Beni Mathar, à la frontière algérienne, jusqu’au détroit à Tanger. Quatre centres de maintenance sont installés à Tanger, Ouezzane, Taza et Aïn Beni Mathar. Le gazoduc, qui transporte le gaz des gisements de Hassi Rmel en Algérie à l’Espagne et au Portugal, est entré en service en 1996. La capacité annuelle a augmenté de 50% en 2003 pour atteindre les 12 milliards de m3/an. Le but est de faire face à la demande croissante des marchés espagnol et portugais. Le gaz acheminé par ce gazoduc représente déjà, à l’heure actuelle, près de 30% de la consommation totale du marché espagnol.Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc