×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique Internationale

Même en ruines la mosquée est vénérée

Par L'Economiste | Edition N°:63 Le 21/01/1993 | Partager

"J'avais devant les yeux une grande mosquée en ruines du style de la belle époque almohade, et de tous côtés j'apercevais ses arcades en arcs brisés et ses murs revêtus de plâtre d'une grande sobriété et d'un goût très sûr", rapporte le voyageur Edmond Doutté dans une exploration archéologique faite en 1901. C'était la première fois qu'un Européen visitait Tinmel. La description, qu'il fait de la ville d'Ibn Toumert et de la mosquée édifiée en son honneur, possède à ce titre une inestimable valeur, pour l'historien aussi bien que pour l'archéologue. Ces observations(1) sont consignées dans "Mission au Maroc". Parti le 1er Mai 1901 de Marrakech, Doutté, prenant par le col de Tizi Ouzzou, passe dans le bassin de l'Oued Nfiss et visite le pays Goundafi. Il est frappé par "la vie rude et monotone de ces gens dans la hiérarchie où ils sont groupés sous l'autorité absolue du cheikh". Il arrive à Tinmel le 7 Mai: "Nous remontons la vallée; elle se rétrécit légèrement, le climat est très rude, même à cette époque de l'année".

La mosquée d'Ibn Toumert est située sur un petit plateau. Adossée conte elle, une modeste mosquée, modeste construction en pierre grossière et en terre battue avait été aménagée. Quoi qu'elle ne fût plus réservée à la prière, Doutté est frappé du fait que même en ruines, la mosquée demeure sacrée: "elle est remplie de petits sanctuaires maraboutiques et pieusement vénérée dans ses parties". L'explorateur va en faire une véritable analyse de spécialiste: longueur (mesurée à l'intérieur): 44,16m; largeur: 40,05m. Nombre de colonnes: 21; nombre virtuel: 40. Il émet l'hypothèse que les colonnes qui manquent d'après le plan hypothétique n'ont peut-être pas toutes existé. Dans le cas contraire, suppose-t-il, "si les quarante pilier sont tous existé, l'impression que donne la mosquée devait être grandiose". Il est frappé par le fait que le mihrab n'est pas exactement orienté vers l'Est. Ensuite, suit une description minutieuse de la porte, du mihrab, des encadrements du minbar, du plafond, etc... Le tout accompagné de photographies prises par l'auteur, d'une incomparable valeur pour les historiens de l'art et les archéologues.

K.L.

(1) L'ouvrage est introuvable en dehors des bibliothèques, quand il n'a pas "disparu" des rayons... A notre connaissance il n'a pas été réédité. Il existe quelques reproductions sauvages, des photocopies reliées où les illustrations sont mauvaises et les planches en couleurs n'existent évidemment pas. Il est possible au fouineur patient de trouver des exemplaires chez les bouquinistes, mais il devra s'attendre à payer le prix fort: la photocopie est un procédé onéreux et la rareté fait le reste.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc