×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Affaires

Meknès
Les éboueurs reprennent le travail

Par L'Economiste | Edition N°:1682 Le 13/01/2004 | Partager

. Toutes leurs revendications ont fait l'objet de négociations avec la direction . A l'origine de la grève, essentiellement, le non-versement de la prime de rendementLe personnel communal de la société (Segedema, filiale du groupe français Pizzorno) chargée du ramassage des ordures ménagères de la ville de Meknès, qui avait entamé un mouvement de grève, mercredi dernier, a repris le travail dimanche. Notons que lorsque la Segedema a pris la concession des ordures ménagères, elle a hérité de tout le personnel communal.D'après le directeur de la société, Pascal Cavalière, «il n'y avait eu aucun dépôt de préavis de grève pour les deux premiers jours. Ce n'est que le jeudi qu'un télégramme nous a informé de la grève sans en mentionner la fin». Sur les 400 employés que compte Segedema, environ 250 avaient suspendu le travail. C'est le non-versement de la prime de rendement du mois de janvier qui a été à l'origine de ce mouvement.A ce propos, le directeur de Segedema explique que “ce mois-ci, nous avons essayé de leur faire comprendre que l'on aurait un retard de règlement de la prime. Et pour cause, la commune n'a pas encore payé toutes ses redevances. De toutes les manières, le mois de janvier n'est pas encore achevé et le contrat ne stipule aucune date fixe pour le paiement de la prime”. Après négociations entre les deux parties, il a été convenu que la prime sera versée au milieu du mois sous réserve que la commune paie ses dettes. “D'autres revendications étaient aussi à l'origine de la grève”, signale un des employés communal. “Nous n'avons pas été vaccinés contre le tétanos. De plus, beaucoup n'ont pas reçu la tenue complète”. Le directeur confirme ces faits et explique que “le retard dans la vaccination est dû à une rupture de stock. Mais cette affaire est en cours de résolution, nous allons bientôt signer une convention avec une clinique qui se chargera des vaccinations. Pour ce qui est des uniformes, sur une minorité du personnel, la dotation est effectivement incomplète, mais les commandes ont été lancées”. Et d'ajouter que «80% du personnel revendaient leurs tenues. Maintenant que les employés veulent appliquer le droit à la lettre, je ferais de même, et exigerais le port de l'uniforme”.En tout cas, grève ou pas, le ramassage des ordures ménagères à Meknès a toujours été assuré de la même manière. L'embauche d'une trentaine de personnes a tout de même été nécessaire. “Avec deux fois moins de personnes, la Segedema assure le même service”, fait remarquer Cavalière.


Carte de visite

Filiale du groupe français Pizzorno, la Segedema est chargée du ramassage des ordures ménagères à Meknès depuis l'an 2000. C'est une concession qui s'est déroulée en plusieurs phases. Segedema a d'abord desservit la commune de Ismaïlia puis, en juillet 2002, son intervention s'est étendue au territoire de celle de Hamria et, en juillet 2003, elle a signé un contrat avec Zitouna. Aujourd'hui, la société traite près de 250 tonnes d'ordures ménagères par jour pour toute la ville de Meknès. Notons que la Segedema traite aussi les ordures ménagères dans les arrondissements de l'Agdal et Ryad dans la ville de Rabat, El Jadida, Kénitra et bientôt Casablanca. Mouna KHAMLICHI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc