×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Meknès: L'hôtel Volubilis sur le point de fermer

Par L'Economiste | Edition N°:1509 Le 30/04/2003 | Partager

. Cet établissement de 100 lits est squatté par des grévistes depuis 9 moisIL n'y a plus aucun touriste à l'hôtel Volubilis (4 étoiles), situé en face du site historique du même nom à Moulay Driss Zerhoun. En effet, 16 employés occupent l'établissement depuis juillet 2002. Ils s'opposent à toute tentative de reprise d'activité par la direction de l'hôtel. C'est par solidarité avec leurs trois collègues licenciés. Selon la direction de l'hôtel, «un premier employé a été licencié pour faute grave (falsification de documents administratifs). Le deuxième a été renvoyé pour avoir frappé et blessé un responsable, et le dernier pour avoir insulté le directeur et menacé de mettre le feu à l'établissement«. Poussé à pourvoir l'affaire en justice, l'hôtel (100 lits) finit par obtenir une ordonnance d'expulsion par le tribunal de première instance de Meknès au début du mois de septembre 2002. Mais ce n'était pas suffisant puisque tout de suite après, les employés réinvestissent les lieux. La direction se pourvoit de nouveau à la juridiction des référés demandant l'expulsion des ouvriers. Une nouvelle ordonnance a été rendue en février 2003. Obstinés, les grévistes persistent et continuent à squatter les lieux.«Devant l'huissier de justice, ils ont empêché les plombiers d'accéder à l'hôtel pour réparer une panne bloquant l'alimentation en eau de tout un pavillon. Ces mêmes grévistes ont entrepris d'intimider un groupe de touristes allemands qui séjournaient à l'hôtel«, explique Omar Lebbar, propriétaire. Le mois de mars dernier, pendant le repas du soir, le restaurant a été pris d'assaut par une dizaine d'employés scandant haut et fort des slogans. «Les manifestants ont même proféré des menaces à l'encontre des touristes«, indiquent les responsables de l'hôtel. «Au grand désarroi de la direction, les Allemands, effrayés, ont quitté l'hôtel, avant la fin de la période réservée«, raconte encore Lebbar. Devant cette situation inquiétante, la direction de l'hôtel a adressé un courrier aux ministères du Tourisme et de l'Intérieur le 25 mars dernier… sans recevoir de réponse en retour.De notre correspondante, Mouna KHAMLICHI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc