×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Meknès-CGEM: Un seul candidat à la présidence de l’Union régionale

    Par L'Economiste | Edition N°:2356 Le 07/09/2006 | Partager

    . L’assemblée élective prévue pour le 14 septembre. Le défi: accompagner grandes entreprises et PMEL’histoire se répète. Tout comme pour l’élection du président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), l’Union régionale de la CGEM-Meknès se retrouve avec un candidat unique (www.leconomiste.com). En effet, le dépôt des candidatures, vendredi dernier, a été encore une surprise pour tous les opérateurs de la capitale ismaïlienne. Qui plus est, Jaouad Chami, l’actuel président de la CGEM-Meknès se représente, face à lui-même, pour un deuxième mandat. «Se trouver seul à la veille de l’assemblée élective, prévue le 14 septembre prochain, ce n’est pas une chance». Côté budget, l’Union fonctionne avec une enveloppe annuelle de l’ordre de 200.000 dirhams. «Nous n’avons pas besoin de plus pour travailler», indique M. Chami. Et d’ajouter que le rôle des représentants du patronat est d’apporter une lecture de l’environnement économique de la région et tenter de mettre le doigt sur certains dysfonctionnements et de les corriger. Accompagner les acteurs et décideurs de la région en vue d’une réorientation et jouer un rôle de fédérateur pour toutes les forces au sein de l’Union: telles sont quelques unes des principales priorités du président. La CGEM-Meknès doit aussi comprendre, épauler et accompagner l’entreprise. Non seulement les grandes structures mais également les PME. Elle entend contribuer aux grandes requêtes patronales sur le système fiscal en vigueur. C’est que la réforme de la fiscalité (baisse de la TVA et de l’IR, patente…) est toujours d’actualité.. Tissu industrielEn termes d’effectifs, l’Union régionale de CGEM-Meknès compte une cinquantaine d’adhérents. Durant les trois dernières années, le bureau a mené son action par étapes et par filières. Naturellement, l’agriculture et l’agro-industrie se sont imposées d’elles-mêmes en tant que principales activités dans la région. Le secteur du bâtiment, représenté par l’Association des lotisseurs, est également très dynamique. «Certes, nous regroupons les sociétés leaders à Meknès, mais nous sommes conscients de l’importance des PME/PMI, qui représentent 90% du tissu industriel national et auquel nous accordons une attention particulière», assure M. Chami. En tout cas, ce dernier ne cache pas son ambition d’élargir le nombre des adhérents et de drainer les entrepreneurs des provinces d’Ifrane, de Khénifra et d’Errachidia. Des provinces à fort potentiel touristique et où les projets d’investissement sont nombreux. «Il s’agit accompagner la Vision 2010 et d’estampiller les gîtes du Moyen Atlas», souligne le président de l’Union. Enfin, travailler en parfaite symbiose avec les opérateurs de Fès serait d’un grand apport pour la redynamisation du projet de bipôle et d’une synergie entre les deux capitales de la région.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc