×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Meknès: Affaire du meurtre de l'ex-DAG d'une préfecture
Des pistes décisives?

Par L'Economiste | Edition N°:1682 Le 13/01/2004 | Partager

. L'enquête se poursuit et les principaux meurtriers sont activement recherchésDimanche matin, une femme, âgée de 34 ans, ainsi qu'un délinquant ont été déférés devant la Cour d'appel de Meknès. Ils sont poursuivis dans l'affaire d'El Ayyachi Seddiki, l'ex-chef de la direction des affaires générales (DAG), qui a été retrouvé assassiné dans une voiture sur la route de Sidi Kacem. En effet, ce meurtre remonte au 22 décembre dernier, date à laquelle Seddiki avait pris rendez-vous, à 19h15min, avec Touria El Hidouri (femme de ménage, mariée et mère de 2 enfants) dans une station d'essence jouxtant le restaurant McDonald's de Meknès. Seddiki avait promis un travail à cette femme qui, d'après des employés de l'ex-préfecture Ismaïlia, lui a rendu visite dans son bureau quelques jours avant le crime. Le jour du meurtre, la victime était au volant d'une voiture Nissan 4x4. Il prend la route de Sidi Kacem et se gare, après une demi-heure de route, dans un terrain vague où l'aménagement de futurs lotissements est en cours. Selon les déclarations d'El Hidouri lors de l'enquête de la police judiciaire, “Seddiki voulait abuser d'elle”. Alors qu'elle s'apprêtait à se déshabiller elle a été surprise et Seddiki avec elle par quatre individus munis d'armes blanches. La femme a été «éloignée de la voiture par l'un des agresseurs pendant que les autres poignardaient sauvagement Saddiki en lui réclamant de l'argent», a-t-elle déclaré aux enquêteurs. Agé de plus de 50 ans (marié et père d'un enfant), diabétique et cardiaque en même temps, l'homme n'a pas pu se défendre, selon l'enquête. Il leur aurait donné une enveloppe contenant plus de 10.000 DH. Les agresseurs lui ont accroché la tête au siège de la voiture à l'aide du foulard de Touria El Hidouri. Ce foulard “blanc et brodé de fleurs” serait, lors de la découverte du cadavre, la seule piste pour le Service régional de la police judiciaire (SRPJ). La femme affirme avoir abandonné le lieu du crime alors que Saddiki n'était pas encore mort. Elle ne voulait pas “créer un scandale” et alerter les services de la sûreté régionale. Elle avait décidé d'oublier ce qui lui est arrivé et a pris refuge chez ses proches, à Sidi Kacem, pour quelque temps. L'autre personne impliquée dans cette affaire n'est autre qu'un délinquant. Ce dernier se baladait par hasard non loin du lieu du crime. Il a trouvé le cadavre de la victime dans le véhicule. Au lieu d'alerter les autorités, le délinquant s'est servi de quelques objets appartenant à la victime (montre, vêtement…). La femme de ménage et le délinquant ont été arrêtés et sont poursuivis pour non-alerte des services de la police. Entre-temps, les principaux meurtriers sont activement recherchés par la police de Meknès. Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc