×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Méga-contrat pétrolier Iran/Japon
    Les négociations continuent

    Par L'Economiste | Edition N°:2362 Le 15/09/2006 | Partager

    . Une société nippone finalise un contrat de 2 milliards de dollars au dam des USALes négociations visant à finaliser le méga-contrat pétrolier conclu en 2004 par le Japon en Iran vont se poursuivre au-delà de l’échéance fixée par Téhéran, a affirmé le 13 septembre le ministre de l’Economie et du Commerce, Toshihiro Nikai. En février 2004, au grand dam de Washington, la compagnie pétrolière semi-publique nippone Inpex avait signé un contrat de deux milliards de dollars pour développer les immenses champs pétroliers d’Azadegan (sud-ouest de l’Iran). Il s’agit du plus important accord pétrolier jamais conclu par le Japon. Selon les termes du contrat, le Japon aura les droits entiers d’exploitation de la partie sud d’Azadegan, dont les réserves sont estimées à 26 milliards de barils de brut. 150.000 barils de pétrole devraient être extraits quotidiennement d’ici la moitié de 2008. En 2012, la production doit monter à 260.000 b/j. Le Japon compte importer deux tiers de cette production. Mais des différends financiers ainsi que la lenteur des opérations de déminage de cette zone dévastée par la longue guerre Iran-Irak (1980-1988) retardent sa signature définitive. Le gouvernement iranien, qui s’impatiente, aurait donné à Inpex jusqu’à la mi-septembre pour commencer à exploiter Azadegan, faute de quoi l’accord serait rompu, selon la presse. Début juin, les autorités de Téhéran avaient menacé d’annuler le contrat et, plus récemment, auraient averti le Japon qu’elles pourraient se tourner vers la Chine ou la Russie pour exploiter Azadegan si la société nippone tardait à commencer les travaux. Le Japon, la deuxième économie mondiale qui dépend presque entièrement du Moyen-Orient pour son approvisionnement en énergie, est le premier client du pétrole iranien qui représente environ 14% de sa consommation totale. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc