×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Médicaments vétérinaires : Ouverture d'un laboratoire national de contrôle

    Par L'Economiste | Edition N°:220 Le 07/03/1996 | Partager


    Le Laboratoire National de Contrôle du médicament vétérinaire a été inauguré lundi 4 mars. L'objectif de cet établissement est de contrôler l'efficacité et l'innocuité des médicaments chimiques, biologiques ainsi que des réactifs de laboratoire. D'après le Dr Hamid Ben Azzou, son directeur, la réalisation de ce projet était urgente: "La création de cet établissement se situe dans le contexte que connaît le Maroc actuellement, à savoir estimé l'intensification de l'élevage ainsi que l'augmentation des échanges internationaux en matière d'élevage et de médicaments vétérinaires".
    Ces médicaments, qui représentent au Maroc un marché estimé à 28 milliards de centimes, comprennent 575 spécialités. Le Maroc couvre 48% de ses besoins localement. Au niveau de la demande en médicaments vétérinaires, on retrouve les vétérinaires et pharmacies, l'Etat les groupements d'élevage avec respectivement 67, 27 et 4%. Les 2% qui restent sont destinés à l'exportation.
    Le laboratoire, qui emploie 35 personnes, dont 7 vétérinaires, est organisé en trois services: biologie, virologie et bactériologie.
    Un des nombreux atouts de cet établissement est de permettre aux vétérinaires d'effectuer les contrôles "in vivo". Par ailleurs, lorsqu'il s'agit de médicaments biologiques, les vaccins notamment, le laboratoire offrira la possibilité d'observer le comportement du médicament face à des souches locales de virus. L'animalerie que possède la nouvelle infrastructure facilitera cette expérimentation.
    A ce niveau, le laboratoire disposera de trois zones. Une première zone, dite protégée par des filtres absolus et par une pression négative, permettra au personnel de manipuler les germes pathogènes et éventuellement d'inoculer les animaux sans risque de filtration vers l'extérieur. Une seconde zone, dite stérile, opérera dans le sens inverse.
    Cette zone garantira un élevage exempt de tout germe microbien (exception faite du germe volontairement inoculé pour des besoins de recherche). Enfin, la troisième zone est de type conventionnel puisqu'il s'agira à ce niveau d'élevages de souris, de moutons et de cobayes. Ces recherches devraient être facilitées par les équipements modernes dont le laboratoire s'est doté: appareils d'analyse par chromatographie et spectrophotométrie.
    Le coût de l'investissement, le laboratoire ayant été financé par le Budget général de l'Etat, est de 23 millions de Dirhams, dont 20 millions en équipements et infrastructures.
    Trois services existent au sein du Laboratoire National de Contrôle du médicament vétérinaire: le service de biologie, le service de bactériologie et le service de virologie.

    Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc