×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Politique Internationale

    Meda-Démocratie: 5,8 MDH pour 1998

    Par L'Economiste | Edition N°:400 Le 15/12/1998 | Partager

    De notre envoyé spécial à Bruxelles, Ghassan KHABER

    Le Maroc est l'un des principaux pays à bénéficier des actions du programme euro-méditérannéen Meda-Démocratie. Pour 1998, le montant des projets financés a atteint près de 5,8 millions de DH.


    L'expérience de l'alternance est-elle le bon chemin pour consacrer la démocratie au Maroc? "Incontestablement", assure M. Dimitri Angelis, responsable du programme Meda Démocratie auprès de l'Unité Maghreb de la Direction Générale 1B(1) de la Commission Européenne. Pour lui, c'est l'une des premières percées démocratiques au Sud de la Mare Nostrum. Du reste, le Maroc a toujours été l'un des plus grands pays à profiter des financements du programme(2). Ainsi, pour l'année 1998, deux actions ont bénéficié au Maroc, soit 6% du total financé. Première action, la création d'un "centre d'alphabétisation juridique". Initiative de l'organisation espagnole "Movimiento por la Paz, el Desarme y la Libertad", de Jossour et du Forum des Femmes Marocaines, le projet a nécessité une enveloppe totale de 292.565 Ecus (l'équivalent de 3,2 millions de DH). Il est financé à hauteur de 70% par le programme européen. Selon la commission, l'objectif du centre est de "contribuer au processus de démocratisation du Maroc en améliorant le rôle de la femme".
    Les leviers en sont des sessions d'alphabétisation juridique fondamentale et plus approfondie et des activités de sensibilisation de l'opinion publique.

    Autre action programmée par Meda Démocratie en 1998, le projet "Hercule", (projet interactif pour les droits de l'Homme et de l'Etat de droit au Maroc). D'un total de 241.158 Ecus (2,6 millions de DH), le projet est financé pour près de 78% par l'Union Européenne. Initié par l'European Public Law Centre, le but du projet est de promouvoir le rapprochement entre le Maroc et l'Union Européenne dans le domaine des droits de l'Homme et des institutions démocratiques à travers l'organisation de séminaires sur le droit arabe et européen.

    Vitesse de croisière


    C'est en 1997 que Meda Démocratie avait atteint sa vitesse de croisière au Maroc avec pas moins de 12 actions financées, soit 19% du total des engagements du Programme. Le montant des projets financés s'est élevé à 1.419.695 Ecus (l'équivalent de 15,5 millions de DH).
    Le programme Meda-Démocratie a été créé à l'initiative du Parlement européen en 1996, suite à la conférence euro-méditérannéenne de Barcelone. Au départ, le programme est doté de 9 millions d'Ecus (l'équivalent de 98 millions de DH). Son objectif: concourir à l'application des principes de la Déclaration de Barcelone sur le partenariat euro-méditérannéen, notamment le volet politique. Parmi les domaines prioritaires du programme, figurent notamment l'appui aux mesures de promotion de la démocratie, l'état de droit, les droits civils et socio-économiques et la protection des groupes vulnérables. Les opérateurs visés peuvent être privés (ONG ou associations), semi-publics ou publics. De même, les projets soumis par des partis politiques individuels ne sont pas éligibles. Le niveau de la coopération financière de la communauté européenne ne peut dépasser 80% du budget total estimé. Ce principe souffre cependant de quelques rares exceptions, c'est le cas de la Palestine.
    Pour bénéficier de ce financement, le candidat doit présenter un formulaire de demande accompagné d'une proposition de projet indiquant clairement les antécédents, les objectifs, la durée et le budget détaillé en Ecus.


    (1) Direction chargée des Relations Extérieures avec la Méditerranée du Sud, le Moyen et Proche-Orient, l'Amérique latine, l'Asie du Sud et du Sud-Est et de la Coopération Nord-Sud.
    (2) Outre le Maroc, les autres pays concernés par le programme sont l'Algérie, Chypre, Israël, le Liban, Malte, la Syrie, la Tunisie, la Turquie, et l'Autorité palestinienne.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc