×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Dossiers

    Matériel électrique : Les trasformateurs aériens pour le milieu rural

    Par L'Economiste | Edition N°:220 Le 07/03/1996 | Partager

    Le programme d'électrification rurale va donner un nouveau souffle aux fabricants de transformateurs de puissance. Srefat (société de fabrication et de réparation de transformateurs de puissance) vient de lancer une opération pilote suite à l'appel de l'ONE concernant un transformateur 160 KVA sur poteau. Le poids et l'encombrement de ce transformateur sont réduits au maximum, rappelle Mlle Tâarji Nouzha, directrice au sein de la société. Le poteau a la capacité de supporter dix fois le poids du transformateur qui est de 560 kg (le transformateur de cabine pèse 800 kg).
    En fait, pas plus de quatre entreprises fabriquent les transformateurs de puissance, à savoir les sociétés Alcatel, Merlin Gerin (groupe Schneider), Beltransfo et Srefat. Ces deux dernières ont été créées en 1990 et ont pu avoir des parts de marché assez importantes sur les transformateurs de puissance de basse et moyenne tensions (de 50 à 2.000 KVA). Srefat par exemple, dont la capacité de production est de 1.200 transformateurs par jour dispose de 14% du marché. Beltransfo, qui se positionne surtout sur le créneau de la moyenne tension, a une part de 40 à 45%. "Notre capacité de production est de 6 transformateurs par jour", signale M. Omar Bensebaa, directeur commercial de Beltransfo. La capacité de l'offre nationale dépasse de loin la demande, ajoute-t-il.

    Les prix de ces transformateurs ont connu une baisse entre 1992 et 1994. Cette baisse a été estimée à 30% selon certains professionnels (un 100 kVA pour poteau coûte actuellement environ 120.000 Dirhams hors taxes). Afin de réduire encore les coûts, surtout dans les zones rurales, l'ONE a demandé l'utilisation de postes de type aérien et a autorisé l'installation du transformateur de 160 kVA. Ce qui permet d'utiliser un seul transformateur qui coûte près de 135.000 Dirhams HT au lieu de deux transformateurs de 100 kVA chacun se chiffrant à 240.000 Dihams hors taxes.
    L'ONE constitue le principal client des entreprises de fabrication des transformateurs, suivi par les régies et les entreprises d'installation électrique. "Pour éviter de concurrencer leurs clients, les fabricants ne prennent pas en charge l'opération d'installation. Ils assurent toutefois le suivi et l'entretien du matériel installé", indique Mlle Tâarji.

    Hicham RAIQ


    De grands projets dans le solaire et l'éolienne


    Le CDER a initié plusieurs grands projets, notamment destinés à renforcer le réseau de l'ONE. La centrale thermosolaire de Ouarzazate et les parcs éoliens du Nord dont les études sont déjà effectuées font figure de géants devant les projets ruraux.
    · La centrale thermosolaire de Ouarzazate
    Le projet consiste à installer et à raccorder au réseau une centrale de production d'électricité qui utilise le soleil comme énergie primaire au moyen de capteurs paraboliques à concentration, selon le modèle des centrales en fonctionnement en Californie. Ces centrales permettent une productivité au m2 de capteurs de l'ordre de 400kWh par an, ce qui représente une productivité annuelle de 1,7tWh pour une centrale de 80MW de puissance. Le coût du projet est estimé à près de 2 milliards de Dirhams. Dans le cas d'un autofinancement, le prix de revient du kWh serait de 0,90 Dirham. L'étude de faisabilité a été réalisée par le CDER et la société espagnole ENDESA.
    · Les parcs éoliens du Nord
    Deux parcs, d'une production annuelle de 220GWh, sont en cours de lancement dans cette région, après les études technico-financières effectuées par le CDER et sur la base des données éoliennes collectés le long des côtes nationales. Le premier, d'une puissance de 3MW, sera intégré au parc des centrales de l'ONE et sera construit avec le concours de la coopération financière allemande pour un montant de 50 millions de Dirhams. Quant au second, qui figure parmi les plus grands parcs éoliens au monde (50MW), il sera installé à Tétouan. Il sera financé par des capitaux privés, pour une enveloppe de 500 millions de Dirhams, et réalisé par le groupe composé de Tramontana (France) et Vestas (Danemark).

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc