×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Match Maroc-Tunisie
Dans tous les cas, BRAVO Les lions!

Par L'Economiste | Edition N°:2125 Le 07/10/2005 | Partager

. Les Marocains ont besoin d’un moral d’acier pour réussir leur péripleDifficile de qualifier le choc des «titans» qui se produira, samedi 8 octobre, à Radès. Le Maroc et la Tunisie se livreront une bataille acharnée pour gagner le ticket unique pour le Mondial 2006. Les Tunisiens partent avec une longueur d’avance. En tête de leur groupe, ils n’ont besoin que d’un seul point pour partir en Allemagne. Le Maroc semble pour sa part en mauvaise posture. Il est obligé d’arracher la victoire dans le fief du football tunisien, s’il veut se frayer un chemin pour le Mondial. La sélection tunisienne semble être au top de sa forme, pilotée par un Roger Lemerre déterminé à revivre ses heures de gloire avec les tricolores. Les aigles de Carthage compteront le 8 septembre sur leur arrière-garde solide constituée des trois vedettes internationales: Karim Hagui, Mehdi Nafti et le redoutable Hatem Trabelsi, sans oublier le colosse local Radhi Jaidi. Leurs tâches offensives seront certainement assurées par le pseudo-tunisien Santos, toujours imprégné par la touche de son Brésil natal. Il pourrait compter sur l’appui de l’ailier volant Ziad Jaziri et du buteur prodige Heykel Gmamdia. Tous ces atouts ne sont pas pour impressionner une sélection marocaine forte par ses potentialités reconnues mondialement. Le sélectionneur national Baddou Zaki sera au rendez-vous avec le match de sa carrière. Il est conscient que le moral des joueurs est la pièce maîtresse dans la réussite du périple tunisien. La défense des Lions de l’Atlas sera sans doute pénalisée par l’absence du vétéran Noureddine Naybet, mais la présence de ténors tels Abdeslam Ouaddo ou Talal Karkouri comblera certainement le déficit. Le système de jeu marocain est fortement tributaire de la prestation des arrières latéraux. Si le flanc droit est comblé par la présence de Walid Regragui, le choix de Zaki se limitera entre Badr Elkadouri et Noureddine Kassimi pour occuper le flanc gauche. La puissance du milieu de terrain marocain aura certainement son poids lors de la confrontation de demain. Avec des noms comme Youssef Safri, Hussein Kharja, Jaouad Zairi ou encore le nouvellement promu Ali Boussaboun, ce poste sera certainement sécurisé. La responsabilité de marquer incombera au dilemme Youssef Hadji-Marouane Chamakh, qui a démontré son efficacité tout au long des dernières rencontres. Le système de jeu tunisien n’a pratiquement pas de secrets pour la sélection nationale. Celle-ci doit oublier les piètres prestations réalisées dernièrement et réitérer le système de jeu qui lui a permis de cartonner lors de la CAN 2004. Tout se jouera sur la motivation des joueurs et leur volonté de réussir leur mission.Nouaim SQALLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc