×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Marwa: L’enseigne s’exporte en Espagne

Par L'Economiste | Edition N°:2665 Le 04/12/2007 | Partager

. Le coût d’installation estimé moins pénalisant qu’au Maroc. Pas de noir, seulement des loyers. Au Maroc, la marque porte à 13 son nombre de magasins«La mode doit cesser d’être un privilège»: la vision de Karim Tazi, PDG de l’enseigne Marwa (prêt-à-porter féminin) est claire. Pour lui, la mode doit être accessible en termes de qualité et de prix. Un come-back musclé de cette enseigne marocaine pour le calendrier biennal 2008-2010. Le groupe Marwa compte s’expatrier en Espagne. Mais pourquoi avoir choisi ce marché connu pour sa réactivité? Tazi justifie son choix par la proximité géographique de ce pays et de sa réceptivité. Un autre facteur est pris en compte, celui de la similitude des collections. «Le marché espagnol est dominé par la présence de grands groupes de prêt-à-porter (Inditex…), mais il reste un marché relativement récent et moins structuré comparé à d’autres pays comme la France», ajoute le patron de Marwa. «Il reste toujours de l’espace », dit-il. En termes de planning d’implantation, le dirigeant du groupe étudie le marché. D’ailleurs, les premiers contacts ont eu lieu récemment à Cannes au Marché international des professionnels de l’implantation commerciale (MAPIC). Objectifs: avoir une visibilité à court terme, étudier des projets pour de meilleurs emplacements et surtout planifier des ouvertures. Ce marché est prometteur et connaît une politique d’ouverture de centres commerciaux. «Ce qui ne peut que répondre à notre demande», est-il indiqué.En terme de budget, «le coût pour s’expatrier en Espagne est 5 fois moins cher que le coût d’ouverture d’un magasin au Maroc. Il n’y a pas de noir dans le marché espagnol», note Tazi. «Nous refusons de payer l’informel, puisque c’est pénalisant», rétorque le patron.En ce qui concerne le chiffre d’affaires attendu, le PDG table sur les mêmes performances réalisées dans les grandes villes comme Casablanca, Rabat ou Marrakech. Même engouement pour le marché local. Le groupe Marwa comprend déjà 11 points de vente à Casablanca, Rabat, Casa El Jadida, Agadir, Meknès, Marrakech… Il compte étendre son réseau à d’autres villes pour atteindre 13 points de vente. Deux magasins à Rabat sont prévus en décembre. De 2008 à 2010, le rythme va s’accélérer avec trois ouvertures par an au Maroc. Tazi est optimiste vu que plusieurs projets de Mall et galeries commerciales verront le jour (Tanger, Casablanca, Rabat,…). Une nouvelle collection. Plusieurs défilés à travers le pays ont marqué le lancement de la collection automne-hiver 2007-2008. Un pari de taille. «Une vingtaine de nouveaux modèles sont présentés chaque semaine», conclut le patron de Marwa. Fatim-Zahra Tohry

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc