×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Marrakech/Tourisme
La vision 2020 expliquée aux opérateurs locaux

Par L'Economiste | Edition N°:2661 Le 28/11/2007 | Partager

. Capacités litières, offre aérienne, formation… tous les dossiers ont été examinés. Rester vigilant, rien n’est acquis, prévient BoussaidPour sa deuxième sortie régionale, le ministre du tourisme, Mohamed Boussaid a choisi Marrakech. Une sortie très attendue du ministre qui a pu ainsi se rendre compte de visu des imposants projets touristiques réalisés ou en cours d’achèvement. Rappelons que la ville, à elle seule, totalise annuellement ce que les nouvelles destinations balnéaires comptent offrir sur 5 ans. « Mais il faut toutefois rester vigilant, car rien n’est acquis», prévient Boussaid. « Nous ne sommes pas le seul pays à penser à un plan pour le tourisme, locomotive de l’économie. D’autres l’ont compris également. Et il est clair qu’il va falloir jouer la carte de la concurrence », ajoute-t-il. Aussi, et la nouvelle est d’importance, le ministère de tutelle annonce, pour janvier prochain, le lancement de l’étude pour la vision 2020 qui s’articulera autour de trois axes majeurs, à savoir l’évaluation de la stratégie 2010, une construction de l’offre touristique et l’examen du devenir du secteur à Marrakech. Pour rappel, le tourisme représente 12 à 13% du PIB national, ce qui en fait une véritable locomotive de développement à l’échelle du Royaume. La rencontre entre Boussaid et les professionnels était aussi la 1re sortie officielle du président de la Fédération nationale du tourisme (FNT) Othmane Alami. Ce dernier n’a pas manqué de tirer la sonnette d’alarme en évoquant le tassement du marché français sur la destination. Rappelons que les touristes français représentent 60% de l’activité. «Si au niveau du tourisme de séjour, l’activité est stable, les circuits des villes impériales à partir de Marrakech, connaissent depuis août, des reculs de 20 à 30%». Il y a, effectivement, de quoi se poser des questions. «D’autant plus que certains tour-opérateurs ont enregistrés une baisse de 40% au niveau des prises de commande», explique Alami. Et la réponse viendra de l’OMNT (Office national marocain du tourisme). «Ces signes de faiblesse ont été détectés assez tôt. Aussi l’Office a-t-il renforcé sa campagne promotionnelle pour la destination Marrakech. De fait, 20% du budget annuel de l’Office sera consacré à la France durant l’exercice 2008». Statistiquement entre 2003 et 2007, 1,6 million de voyageurs français ont opté pour le Maroc qui demeure, malgré cette période de turbulence, la 1re destination non européenne en France. «Maintenant, il est clair que les croissances à 2 chiffres seront plus difficilement réalisables», indique Abbas Azzouzi, directeur de l’ONMT. «Par ailleurs, nous allons revoir pour l’ensemble de la destination Maroc, les termes de négociations, maintenant que la plupart des TO européens ont fusionné. Il est clair que cela va influer sur les statistiques des arrivées en 2008 et notamment sur la région de Marrakech», prévient-il. En effet, la région absorbe à elle seule 35% des flux touristiques du pays. 1,3 million de visiteurs ont été enregistrés sur les 10 premiers mois de l’année, essentiellement issus des marchés français, britannique, allemand et hollandais. A ces statistiques, il faut ajouter les chiffres de l’informel. En matière de capacité hôtelière, la ville achève l’année avec 38.780 lits. Capacité qui doublera à l’horizon 2012 si tous les chantiers en cours de réalisation sont achevés.Tous ces paramètres placent Marrakech et ses régions en tête du secteur. Situation que le ministre du tourisme a mise en exergue tout en félicitant les opérateurs locaux. N’empêche, ce dernier n’a pas manqué de les inviter « à ne pas dormir sur leurs lauriers ». Car, en matière d’infrastructures, il y a encore beaucoup à faire pour répondre à l’ensemble de la demande. Par ailleurs, les professionnels du secteur ont saisi l’occasion pour exprimer des doléances. En effet, des inquiétudes sont exprimées en matière de l’offre aérienne. Celle-ci n’est pas encore «au top» et il y a des améliorations à réaliser au niveau des prestations. «On recommande de garantir une meilleure cadence des mouvements et des rotations d’avions», insiste Abdelatif Kabbaj, président du CRT Marrakech. Les ambitions espérées pour Marrakech sont l’adéquation 1 chambre hôtel - 1siège avion. Ce qui est loin d’être le casPar contre, « tout baigne » du côté de Royal Air Maroc. Aderaffie Zouiten, le DG adjoint, affirme que la compagnie et sa filiale low cost, Atlas Blue, demeurent de véritables partenaires de développement du tourisme à Marrakech. En clair, elles continueront de soutenir la destination. La mise en service de nouvelles dessertes est, par ailleurs, annoncée pour 2008. Même son de cloche auprès d’Anas Lahkim, directeur de l’aéroport de Marrakech : « L’aéroport de Marrakech sera livré à temps, après plusieurs mois de travaux et devra accueillir son 3 millionième touriste passager en 2008».


Qualité de l’air

Au cours de sa rencontre avec les professionnels du secteur, le ministre Mohamed Boussaïd n’a pas seulement parlé de tourisme. En effet, il a également été question d’assainissement, de transports et de circulation. A cette occasion, le wali, Mounir Chraibi, a notamment promis des stations pour mesurer la qualité de l’air. Ce dernier a également rappelé les efforts consentis par la ville pour la gestion des ordures. La question de station d’épuration des eaux usées, utiles entres autres à l’arrosage des terrains de golf de Marrakech, a aussi été abordée. De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc