×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Marrakech/tourisme: La tendance à la baisse se confirme

Par L'Economiste | Edition N°:2793 Le 06/06/2008 | Partager

. Les nuitées chutent de 14% et les arrivées de 11% en avril. Les marchés européens en première ligneUN poisson d’avril. Comme nous l’annoncions dans nos éditions précédentes, avril n’aura pas été le mois de reprise de l’activité touristique, même s’il marque généralement le début de la haute saison pour la ville. Saison qui coïncide avec les vacances de Pâques. La tendance est toujours à la baisse. Les nuitées réalisées dans la cité ocre ont chuté de 14% en avril alors que les arrivées étaient en baisse de 11%. A peine 262.000 touristes ont opté pour Marrakech durant ce mois. La ville affiche une tendance à la baisse beaucoup plus importante que la moyenne nationale, indiquent les statistiques officielles du ministère du Tourisme. Inutile de rappeler que ces statistiques ne sont pas les mêmes que celles établies par les professionnels locaux et qu’elles sont souvent corrigées à la hausse au niveau central. La baisse du mois d’avril n’a pas manqué de porter un coup dur à l’activité. Ainsi, au terme des 4 premiers mois de l’année, le nombre des nuitées enregistrées dans les hôtels de Marrakech affiche une baisse de 10% avec un total de 1,9 million. Les arrivées touristiques ont, elles, affiché une chute cumulée de 6% avec 533.930 touristes durant les 4 premiers mois de l’année. Autre indicateur important de l’activité, le taux d’occupation des établissements hôteliers, durant ces quatre derniers mois, affiche une baisse de 12 points par rapport à la même période en 2007 et une chute de 17 points depuis avril 2001. L’offre grandissante de la capacité litière à Marrakech explique en partie cette tendance. Mais ce n’est pas la seule raison. Il y a aussi l’informel, le développement du tourisme résidentiel et l’inadaptation des professionnels aux réservations en ligne… Par catégorie d’hôtels, ce sont les 3 et les 5 étoiles qui souffrent le plus de la crise. La baisse des nuitées a été de 34% pour les établissements de 3 étoiles, de 14% dans les 5 étoiles et de 19% pour les villages de vacances. Les 4 étoiles affichent, eux, une croissance de 2% par rapport à la même période de l’an dernier. Les maisons d’hôtes classées affichent aussi une nette progression de 10%.Selon le ministère de tutelle, l’analyse par marché émetteur révèle que la baisse est induite par les résultats négatifs des marchés français, britannique, italien et allemand, qui sont respectivement de 18, 12, 22 et 17%. Face à cette situation de baisse des marchés européens, celui des résidents enregistre un sérieux bond. Les nuitées engendrées par les résidents affichent une hausse de 22%.B. B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc