×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Marrakech
Un an de prison pour les 7 étudiants «perturbateurs»

Par L'Economiste | Edition N°:2797 Le 12/06/2008 | Partager

. Incendie volontaire, destruction d’installations..., les chefs d’accusation Le verdict est tombé. Le tribunal de 1re instance de Marrakech vient de condamner à 1 an de prison ferme et une amende de 1.500 DH les 7 étudiants accusés de coups et blessures, incendie volontaire, destruction des installations universitaires ainsi que port d’armes. Les faits remontent au 24 mai dernier, lorsque un violent affrontement est intervenu entre étudiants et forces de l’ordre au sein de la cité universitaire.A noter que 40 étudiants avaient alors été interpellés. Une trentaine d’entre eux ont été relâchés et seulement 7 ont été poursuivis. Pour rappel, ce jour-là a eu lieu une bataille rangée entre force de l’ordre et étudiants (cf.www.leconomiste.com). Ces derniers s’apprêtaient à organiser une marche jusqu’au siège de l’université, à quelques kilomètres de la cité universitaire. Et c’est le doyen de la faculté, soutenu par le président de l’université, qui a demandé l’intervention des forces de l’ordre. «Outre la cité universitaire, les facultés de droit et de lettres ont été aussi prises en otage par les étudiants gauchistes qui interdisaient l’accès à leurs camarades», selon Mohamed Marzak, président de l’université Cadi Ayyad de Marrakech. «Les étudiants des deux institutions risquaient tout simplement une année blanche», poursuit-il. L’intervention a rapidement tourné à l’émeute avec blessés de part et d’autre. Des pierres ont été jetées par les étudiants et des gaz lacrymogènes lâchés par les forces de l’ordre. La bataille a duré deux jours et s’est soldée par un lourd bilan de dégâts matériels. Le retour au calme n’est intervenu que tard dans la soirée du jeudi 26 mai. Cependant, ces interventions violentes ont permis de rouvrir les deux facultés de droit et de lettres. Depuis le 29 mai, les étudiants ont repris les cours. De notre correspondanteBadra BERRISSOULE

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc