×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Marrakech: Sus aux voyagistes clandestins!

Par L'Economiste | Edition N°:2139 Le 27/10/2005 | Partager

. L’Association des voyagistes liste une vingtaine d’intervenants sans licence . Maroc Sélection poursuivie en justice «Ras-le-bol des clandestins». Cette fois-ci, l’Association des voyagistes de Marrakech a décidé de frapper fort. Elle vient d’entreprendre une action en justice contre une agence exerçant «illégalement». Le mis en cause est Maroc Sélection, qui exploite des prestations de voyage sur le Web depuis 2004. «L’agence exerce depuis un an et ne bénéficie d’aucune licence dans ce sens. Pis, elle ne détient pas d’agrément en France», souligne, indigné, Khalil Majdi, président de l’ARAVM (Association régionale des agences de voyages de Marrakech). «Cela fait 6 mois que nous avons saisi les instances de tourisme nationales et celles en France», ajoute Majdi. Maroc Sélection selon l’association n’est que le premier sur la liste. En effet, le nouveau bureau élu en juin dernier s’est engagé à assainir la profession. «Le métier des agents de voyages est parasité à tous les niveaux, de l’extérieur et de l’intérieur. Beaucoup exercent sans licence. Et il y a aussi des licenciés qui ne connaissent rien au métier», déclare à L’Economiste Faouzi Zemrani, président de la Fédération des voyagistes au Maroc. C’est avec le dossier de Maroc Sélection que l’ARAVM ouvre le tir. Sur le site de l’entreprise, des prestations de vente sont effectivement proposées aux internautes. Joints en France, les dirigeants de la société reconnaissent ne pas détenir de licence. «A la base en 2004, nous avons créé une centrale de réservation en France et une agence au Maroc pour des prestations de services», explique Benoît Durant, associé dans l’entreprise. «Quelques mois plus tard, nous avons débordé de notre métier d’origine en proposant d’autres prestations», concède-t-il. Selon les dirigeants de la société, ils ont tenté en vain d’obtenir une licence d’exploitation d’agence au Maroc auprès de la DEAT (Direction des entreprises et activités touristiques). «Les règlements de la profession sont pourtant clairs», rétorque Majdi. En attendant une autorisation, il est interdit d’exercer. Selon ces règlements aussi, nul ne peut obtenir une licence après avoir exercé illégalement. Du reste, l’article 26 de la loi 31-96, régissant le métier, prévoit des sanctions contre toute personne physique et morale se livrant à une activité d’agent de voyages sans licence. Quasiment le même type de condamnation qu’en France. Et d’après une correspondance de la SNAV Ile de France adressée à l’ARAVM, Maroc Sélection a d’ailleurs été saisie officiellement par cette instance qui lui rappelle les sanctions pénales prévues par la loi française de 1992. «Nous sommes en cours de régularisation», précise Durant. «La réunion de commission pour l’attribution de notre licence d’agence de voyages en France est fixée au 15 décembre prochain». Pour Durant, c’est une attaque contre sa société qui est devenue leader sur le marché, non seulement par le volume des affaires (400.000 euros par mois) et le nombre de ses clients mais aussi par son agressivité marketing. Explication que réfute, bien entendu, l’Association des voyagistes de Marrakech.


Rappel à l’ordre

La lutte contre les clandestins est désormais le cheval de bataille de l’ARAVM. Déjà opposées aux tour-opérateurs qui n’ont plus besoin des voyagistes pour concocter voyages et réservations d’hôtel, les agences doivent faire face à de nouveaux concurrents «illégaux». Les ventes sur Internet sont dans la ligne de mire. «Nous voulons mettre de l’ordre dans les pratiques illégales que font régner depuis deux ans des intervenants sur le marché du voyage à destination du Maroc». Autre concurrence déloyale dénoncée, celle des guides de montagne qui harponnent le touriste à l’aéroport, du transporteur et autres intermédiaires.De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc