×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Marrakech se met aux «sabots»

Par L'Economiste | Edition N°:3410 Le 24/11/2010 | Partager

. Les horodateurs déjà en fonction . Au Guéliz et bientôt dans la médinaAttention aux sabots. Les horodateurs sont en fonction depuis le début du mois de novembre à Marrakech. Pour stationner dans les rues de Guéliz, les automobilistes doivent payer leurs tickets. Le service est géré par la société Avilmar qui pratique un seul tarif dans l’ensemble des zones couvertes: 2 DH. Des abonnements pour les résidents et les professionnels ont été mis en place. Ainsi, le stationnement est désormais payant et ce, entre 7 h et 23 h. Des parcmètres ont été installés un peu partout dans le quartier de Guéliz. Depuis la mise en service du système, beaucoup d’automobilistes distraits ont été surpris par des sabots qui bloquent leurs voitures, car ils n’avaient pas payé d’avance le stationnement. Une police administrative (des agents de la commune) est en charge du contrôle. Et c’est elle qui verbalise en cas de dépassement de l’heure indiquée. Et c’est aussi cette même police administrative qui procède à l’immobilisation du véhicule par la pose du sabot. «La verbalisation est un recours ultime qui n’est appliqué qu’en cas de refus de régularisation. Les agents de contrôle accordent une franchise de 10 minutes aux automobilistes. Et ce n’est que passé ce délai qu’ils verbalisent. Avilmar a pour volonté de sensibiliser les automobilistes au nouveau système», insiste Soroure Tamouro, directeur général de la Compagnie générale des parkings et d’Avilmar. Avilmar est une société de développement local, détenue à hauteur de 51% par le conseil de la ville et 49% par CG park (filiale de la CDG développement). Cette entité a démarré à la mi-janvier 2010 et est en charge de la réorganisation du stationnement à Marrakech. Lequel était soumis à des autorisations du conseil de la ville avec des aires de stationnement qui encourageaient des sous-locations avec in fine une véritable cacophonie. La gestion du stationnement à Marrakech a été confiée à Avilmar pour une durée de 10 ans. Le nouveau gestionnaire installe les équipements nécessaires et veille à la mise en place du service. La ville de son côté s’est engagée à mettre à la disposition de la société des agents de police administrative qui sont chargés de veiller au respect du système. Pour l’heure, le service est opérationnel dans la commune de Guéliz et sera élargi incessamment à Marrakech Médina. «La rotation des véhicules en stationnement devrait avoir un effet bénéfique sur l’activité commerciale en permettant plus de disponibilité en termes de places et, par conséquent, induire une augmentation de la clientèle potentielle», indique Tamouro. Sur le terrain depuis janvier, les petits parkings de quartier de Guéliz, gérés il y a un an par des gardiens, moyennant un loyer qu’ils réglaient à la commune, sont entrés sous le giron d’Avilmar. Ce qui n’a pas été chose facile. Si une quarantaine de gardiens de parking ont choisi d’intégrer le système, d’autres ont préféré changer d’emplacement et aller vers d’autres quartiers où les horodateurs ne sont pas encore en fonction. De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc