×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    Marrakech: Le salon de l’art de vivre ouvre ses portes

    Par L'Economiste | Edition N°:1985 Le 24/03/2005 | Partager

    . Une première édition veut promouvoir le patrimoine matériel et immatériel de la ville. Plus de 70 entreprises y prennent partC’est hier mardi 23 mars que le salon professionnel de l’art de vivre marocain, “Riad art Expo” a ouvert ses portes. Il se tient jusqu’au 27 du mois. Cette rencontre se donne pour vocation de promouvoir le patrimoine matériel et immatériel de la ville, de sa médina, indiquent ses organisateurs. En effet, l’évènement veut faire d’une pierre deux coups: un salon de l’art de vivre et un hommage aux artisans de cet art. La première édition de cette manifestation va présenter par la même occasion, les nouvelles tendances de la décoration et de l’artisanat marocain. L’idée, selon les organisateurs, est de créer de nouveaux liens entre les professionnels et tous les corps de métiers de la décoration, du tourisme et de l’artisanat. Près de 70 entreprises opérant dans les secteurs de l’équipement, de l’aménagement, de la promotion immobilière et de la décoration, participent à ce salon qui se tient sur un espace d’exposition de 1.500 m2. Plus professionnelle que grand public, cette rencontre est dédiée aux entreprises et aux opportunités d’investissement. Elle sera ouverte au grand public au cours de la dernière journée, indique Youssef Mouhi, directeur de Couleurs Com, société éditrice du magazine Couleur Marrakech, qui organise en partenariat avec KMT service ce salon. “Grâce aux riads, qui sont des porte-drapeaux de l’artisanat et aussi l’immobilier, Marrakech a développé un art de décoration et de vivre qui s’exporte aujourd’hui”, rappelle-t-il. “Ce sont des niches de métiers, comme le tadelakt, que pourrait développer le Maroc à partir de Marrakech mais aussi d’autres villes”. L’activité artisanale connaît depuis quelques années une explosion tant au niveau des matériaux que sur le plan de la commercialisation. Elle participe, en outre, à positionner l’image de marque de Marrakech dans le tourisme. “Mais il faudra tout de même définir les moyens de sauvegarder ce trinôme”. Des ateliers et des conférences sur la protection du patrimoine culturel, artistique et aussi les nouvelles tendances dans l’art de décoration et les nouveaux consommateurs sont au programme. Un hommage sera rendu aux artisans, particulièrement à tous les corps de métier dans la décoration. A Marrakech, ils sont plus de 20.000 artisans à avoir contribué au rayonnement de l’art de vivre marocain. Leur touche est manifeste dans les riads, maisons d’hôtes, les hôtels ou simplement les résidences. La deuxième partie de ce salon est consacrée donc à l’artisanat. Des trophées sont prévus pour célébrer aussi bien la culture que l’art marocain.


    Programme et nominés

    Trois trophées seront remis selon les catégories aux professionnels remarquables, que ce soit dans l’artisanat ou encore la promotion. Pour “le Trophée du patrimoine” qui sera remis à une personne ou une institution qui aura contribué à la restauration du patrimoine architectural, trois sociétés sont nominées: le musée de Tan Tan, les Jardins de Moulay Abdessalam, récemment rénovés avec le soutien de Maroc Telecom et Dar Cherifia, un grand musée de la place. Le “Trophée création” sera attribué à un artiste ou artisan pour l’ensemble de son œuvre. Il met en concurrence 4 artistes de Marrakech. Ils sont spécialisés dans la balgha ou encore la passementerie ou tadelakt. Enfin, “le trophée découverte” récompensera une personne (morale ou physique) pour l’originalité du produit touristique qu’elle propose. Les nominés sont le réceptif Aetas Maroc, spécialisé dans le voyage pour handicapés, la société sportive Itinérance (stages de poterie, de cuisine...) et Dakhla Altitude, spécialisée dans les voyages à base nautique. De notre correspondante,Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc