×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Société

Marrakech Grand Prix
Les sponsors marocains absents

Par L'Economiste | Edition N°:3016 Le 04/05/2009 | Partager

. Un financement majoritairement étrangerUNE page est tournée. Le Grand Prix de Marrakech s’est achevé, hier dimanche, sous un soleil de plomb. Après deux ans et demi de travaux, la troisième étape du championnat mondial WTTC (les voitures de monsieur tout le monde), et première manche sur le continent africain, renvoie les aficionados des sensations fortes à l’année prochaine. Des aficionados qui n’ont pas boudé le plaisir de vivre en direct les différentes courses tout au long du week-end du 1e mai. Il est vrai que le spectacle était au rendez-vous. Au programme, plusieurs catégories: les légendes car, les minijet (belles cylindrées aux formes fantaisistes), les Rio Cup et les bolides de la WTTC. Ce projet, qui a nécessité un budget de pas moins de 30 millions d’euros, soit l’équivalent de 330 millions de DH, aura permis de promouvoir la destination Maroc dans un contexte international délicat. «Un financement qui a été essentiellement assuré par les sponsors privés internationaux», indique Aly Horma, PDG de l’événement. Et de déplorer le fait que «les sponsors marocains n’aient pas vraiment suivi pour cette première édition». Ils attendaient, sûrement, de voir pour y croire. Si ces derniers ne sont pas présents au cours des les prochaines éditions, cela peut affecter la pérennité même du projet. Par ailleurs, le promoteur a pu compter sur le soutien «inconditionnel» d’un partenaire angolais qui, aux dires de Horma, œuvre à la promotion du sport automobile sur l’échelle africaine.Pour boucler le budget, les promoteurs ont également commercialisé 60 loges dont les prix ont varié entre 150 et 750.000 DH (soit 13 à 14.000 DH par personne pour les 3 jours). S’y ajoutent la vente d’espaces de commercialisation de stands dans les enceintes générales et les recettes engendrées par la vente des tickets. Les prix des tickets se sont situés entre 100 DH pour un accès d’un jour en tribune et 3.000 DH pour une personne durant tout le week-end pour avoir le privilège d’accéder aux paddocks. En dépit de ces prix, le public n’a pas pleinement joué son rôle. En effet, les organisateurs tablaient sur une affluence sur les trois jours de 100.000 spectateurs. Or, ils n’ont été que 23.000 pour les deux premiers jours de course. Mais pas de quoi s’inquiéter puisque 70% de l’affluence dans ce genre d’événement se fait le dernier jour de la course.M.A.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc