×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Marrakech confirme sa destination de jet-set

Par L'Economiste | Edition N°:1930 Le 03/01/2005 | Partager

. Ambiance féerique pour le passage à 2005 . Rares sont ceux qui ont manqué au rendez-vous: ministres, patrons marocains et monde du show-biz Ils sont venus et étaient tous là, même l’auteur de la chanson, Aznavour. La jet-set de Casablanca, de Rabat et Paris et bien sûr l’hôte, a choisi de fêter le passage à 2005 à Marrakech. Soirées glamour et beaucoup de people: des artistes comme Charles Aznavour accompagné de sa petite famille, ou Kynie Minogue et son mari Olivier Martinez, des hommes politiques, à l’instar du maire de Paris, Bertand Delanoé, Paul Martin, Premier ministre canadien et d’autres. Beaucoup d’hommes politiques et ministres marocains étaient présents aussi: Mustapha Sahel, ministre de l’Intérieur, Taoufik Hejira de l’Habitat, Taïeb Fassi Fihri en charge des Affaires étrangères, André Azoulay, conseiller de SM le Roi. Les grands patrons aussi. Celui de Maroc Telecom, Abdessalam Ahizoune, est un habitué de Marrakech. Sans parler de ceux de la jet set qui y ont des résidences secondaires (Jamel Debbouze, Patricia Kass) ou encore Bernard Henri Lévi, Dominique Strauss Khan... Marrakech a fêté le passage à 2005 dans une ambiance grandiose et féerique, confirmant sa place de ville de jet-set. Le Maroc, particulièrement Marrakech, a été parmi les 20 premières destinations de voyage à partir de l’Europe. Ils étaient au moins 50.000 visiteurs à choisir la cité ocre pour ces fêtes de fin d’année, avec autant de consommateurs. Une aubaine pour les affaires, particulièrement les hôteliers et restaurateurs. Ils s’y sont préparés, se projetant sur ce succès du 31 décembre. En fait, l’industrie de loisirs talonne de près celle de l’hôtellerie en pleine explosion. Pas moins de 50 restaurants et lounges ont ouvert leurs portes récemment (cf. www.leconomiste.com). Pour la circonstance, Marrakech s’est parée de ses plus beaux atours, brillante de mille feux. Elle s’est fait belle pour accueillir tout ce beau monde. Les grandes artères ne désemplissaient pas. Difficile de circuler d’ailleurs, malgré le renforcement de la sécurité durant le week-end. Les soirées organisées dans tous les restaurants et hôtels ont rivalisé d’originalité, à des prix forts parfois. Le réveillon à la Mamounia, à 5.500 DH par personne, n’était pas donné. La soirée y a été animée par le groupe de jazz The Claude Bolling.Le palmarès du 31 décembre est revenu à la soirée (non officielle), donnée par le Souverain au Ksar-El-Kebir avec plusieurs invités. Mais comme les fêtes du réveillon durent jusqu’à l’aube, beaucoup feront un petit passage dans d’autres temples du soir. Coté ambiance chaude, le Jad Mahal se démarquera. Fantastique ce qu’on peut faire uniquement avec un DJ. Aux premières lueurs du samedi matin, les traces de la fête étaient encore là, balayées dans l’indifférence par les services de nettoyage. Les bons souvenirs ne le seront pas!


Le nouveau touriste

Marrakech l’a compris. Le touriste est de retour, mais il est plus exigeant. Il ne demande plus uniquement du soleil, mais une belle infrastructure et surtout de l’animation. Pour cette période, le touriste étranger a fait la différence entre les destinations aux températures clémentes. L’originalité des fêtes qui y sont organisées rentre également en jeu dans ces choix. Cette année, un large éventail fut proposé et les préparatifs ont démarré il y a plusieurs mois. La bataille a concerné les DJ et orchestres animant les restaurants, les menus, histoire de faire mieux que le voisin. Bref, un esprit concurrentiel qui a eu pour résultat ce véritable engouement! De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc