×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    Marocotel revient

    Par L'Economiste | Edition N°:154 Le 17/11/1994 | Partager

    La troisième édition de Marocotel, salon professionnel de l'équipement d'hôtellerie et de restauration, qui aura lieu en janvier 1995, s'inscrit dans le cadre général de reprise de l'activité du tourisme. Dans cette branche d'activité, le Maroc produit actuellement l'équipement de buanderie périphérique et de cuisson industrielle ainsi que le mobilier et le matériel de table.

    MAROCOTEL s'inscrit dans la politique à long terme de développement du tourisme engagée par le gouvernement. Après les mesures d'encouragement aux investisseurs du secteur, les projets d'aménagement de nouveaux sites, l'orientation vers le tourisme à thèmes, la campagne "éblouissement des sens", voici la 3ème édition de Marocotel, salon international de l'équipement professionnel de l'hôtellerie et de la restauration. Il se tiendra du 12 au 15 janvier 1995 au grand palais de l'OFEC de Casablanca. Les deux premières éditions, de 1990 et 1991, avaient remporté un succès, mais celles de 1992, 1993 et 1994 avaient dû être ajournées à cause "d'un contexte défavorable", (crise du Golfe et ses conséquences). L'édition de janvier prochain, mettant en oeuvre une lourde logistique en préparation depuis avril 1994, s'inscrit donc dans un climat de reprise.

    Organisé par la Chambre Française de Commerce et d'Industrie au Maroc (CFCIM) avec la collaboration de la Foire Internationale de Nantes, Marocotel mettra l'accent sur les possibilités de partenariat entre le Maroc et la France dans ce domaine d'activité. D'ores et déjà une superficie de 500 m2, sur 3.000 m2 de superficie totale de l'exposition, sera réservée à des exposants français. Le reste de la participation étrangère au sein du salon n'est pas encore évalué.

    M. Alain Diligent, président de la Commission Transport et Tourisme à la CFCIM, qui reconnaît que l'Italie est un pays compétitif en matière d'équipement hôtelier et de restauration, affirme que la France présente sur ce registre des avantages supérieurs en termes de service, de qualité, de fiabilité et de durabilité du matériel. Une des vocations de Marocotel est justement de faire apparaître les innovations technologiques et autres nouveautés dans l'ensemble du domaine touristique. Il est vrai que le Maroc offre une image moderne de ce secteur, notamment au niveau de l'équipement. "Les grandes chaînes hôtelières qui s'y sont installées n'avaient pas lésiné sur l'investissement en matériel, au top niveau de la technique au moment où ils ont été acquis", expliquent les promoteurs de Marocotel. Mais 10 à 15 ans après, le besoin en renouveau d'équipements se fait sentir. Ce qui pose alors un problème de financement, lequel sera également abordé lors de ce salon. Plusieurs banques y seront présentes, dont naturellement le CIH (sur un stand de près de 100 m2), qui apporte en outre une contribution financière au salon.

    Le Maroc a évolué dans la production du matériel hôtelier. Par exemple, explique M. Michel Couturier, PDG de Radelec Industrie et secrétaire adjoint à la CFCIM, il fabrique à 100% tout l'équipement dit "périphérique". Celui-ci inclut le matériel de la buanderie périphérique et celui de la cuisson industrielle. La première désigne l'installation complémentaire des grandes laveries (pouvant assurer jusqu'à 4 tonnes de lavage de linge par jour), et si elle est différenciée par le terme "périphérique" c'est qu'elle ne doit pas être confondue avec les installations proprement dites de buanderies qui, elles, sont totalement importées.

    La cuisson industrielle comporte le "matériel alimentaire" de cuisines pour grandes collectivités, (pouvant produire jusqu'à 1.000 repas par jour): fours, plonges, matériel en inox, tables, chariots, etc. Ceci dit, en ce qui concerne le matériel de table, vaisselle, porcelaine, ainsi que le mobilier (ameublement) et tout l'équipement textile (draps, rideaux, moquettes...), ils sont pour 60 à 70% produits et fournis par l'industrie marocaine. Concernant les produits importés, leur délocalisation ne serait pas envisageable dans un avenir proche, indique M. Diligent, "du fait de leur technologie très sophistiquée et de leurs normes de production difficiles à respecter". Marocotel se veut un lieu de rencontres privilégié, "un carrefour d'informations et d'échanges entre les professionnels du secteur et leurs équipements". Des espaces supplémentaires à la superficie d'exposition seront consacrés aux conférences, aux concours culinaires et à l'animation hôtelière.

    L'édition 95 de Marocotel sera plus étoffée que les précédentes de par sa superficie de stands, avec une participation évaluée pour le moment à 150 exposants français et marocains, et au moins 8.000 visiteurs attendus (l'édition de 1991 avait enregistré 6.000 visiteurs). Le prix de la participation est de 1.200 DH HT par m2 pour un stand prééquipé. Le coût global de la manifestation est estimé à 2,5 millions de DH.

    B.L.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc