×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Marocotel boosté par le plan Azur

    Par L'Economiste | Edition N°:2292 Le 07/06/2006 | Partager

    . Les organisateurs tablent sur la relance du tourisme. Le salon entame sa 9e édition du 21 au 24 juinMarocotel, le salon dédié à la restauration, l’hôtellerie et les métiers de bouche entame sa 9e édition. Il va se tenir du 21 au 24 juin à l’Office des foires et des expositions de Casablanca (OFEC). Sur une superficie de 12.000 m2, le salon sera réparti en deux zones. L’une réservée à l’exposition (4.600 m2) et l’autre aux concours culinaires (1.500 m2). Selon la Chambre française de commerce et d’industrie (CFCIM), organisatrice de l’événement, près de 10.000 visiteurs sont attendus. Pour cette 9e édition, la CFCIM s’est associée à des partenaires comme Simmons, Unilever foodsolutions et Therapedic. Les portes du salon seront ouvertes de 10h à 19h, sauf le dernier jour où elles seront bouclées à 17h. Des exposants notamment algériens, portugais et turcs seront présents et plusieurs secteurs vont êtres représentés: équipements et matériels de cuisine, arts de la table et linge… «Cette édition va bénéficier de la dynamique actuelle du secteur du tourisme», déclare le président de la CFCIM, Jean-Luc Martinet. A noter qu’en 2005, les recettes voyages ont atteint 41 milliards de DH. Une progression de 18% par rapport à 2004. Marocotel s’inscrit dans cette mouvance économique amorcée par le plan Azur. «Plus de 86% des exposants souhaitent revenir pour la prochaine édition», a affirmé le directeur général de la CFCIM, Dominique Brunin. Par ailleurs, l’édition 2006 de Marocotel sera marquée à son tour par les concours culinaires. La compétition sera ouverte aussi bien aux professionnels qu’aux étudiants des écoles hôtelières. Pour les chefs cuisiniers, les organisateurs exigent notamment un certificat de travail. «C’est une manière d’encourager les restaurateurs qui sont à cheval sur la législation du travail», commentent les organisateurs. Au total, 10 concours sont prévus: cuisine internationale et marocaine, gâteaux de thé, barman, chocolat, traiteur… Au menu de cette dernière compétition, un couscous aux 7 légumes. Pourquoi ce choix? «Une manière de rendre hommage à la grandeur de la cuisine marocaine», ont affirmé les organisateurs. Faiçal FAQUIHI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc