×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Maroc/Nouvelle-Zélande: Un premier ambassadeur pour développer le commerce

    Par L'Economiste | Edition N°:166 Le 09/02/1995 | Partager

    Pour la première fois dans l'histoire est nommé un ambassadeur néo-zélandais au Maroc. Des opportunités d'échanges commerciaux entre les 2 pays seront désormais exploitées. Les articles marocains en cuir fini intéressent particulièrement la Nouvelle-Zélande qui désire écouler sa viande et sa laine au Maroc.

    Deux pays de deux extrémités de la planète peuvent bien nouer entre eux des relations diplomatiques. Depuis le début de l'année, le corps diplomatique étranger au Maroc compte parmi ses membres un ambassadeur de la Nouvelle-Zélande, M. Paul Tipping.

    Diplomate de carrière depuis environ 20 ans, M. Tipping a été notamment ministre des Affaires étrangères et du Commerce de son pays de 1968 à 1971, et ambassadeur au Chili de 1988 à 1991.

    Il est courant en Nouvelle-Zélande que soit nommé un ambassadeur dans une région du monde regroupant plusieurs Etats.

    En effet, l'éloignement de la Nouvelle-Zélande ainsi que la particularité de son économie ne justifient pas pour elle de nombreuses relations bilatérales bien que les produits de son cheptel soient vendus dans le monde entier. "Les relations diplomatiques coûtent cher, fait remarquer M. Tipping. C'est pourquoi la Nouvelle-Zélande ne maintient sa diplomatie que dans les régions qui lui sont liées par des relations politiques, économiques ou culturelles".

    Ainsi, M. Paul Tipping est également le premier ambassadeur de la Nouvelle-Zélande en Espagne, et ce depuis 3 ans. Il réside à Madrid, et du fait de sa nouvelle nomination au Maroc, il devra effectuer 2 à 3 visites officielles par an dans ce pays.

    Quels sont donc les nouveaux attraits qu'exerce tout d'un coup le Maroc sur un pays aussi lointain? "Nous nous intéressons au Maroc pour des raisons commerciales", déclare M. Tipping. Le Maroc importe le beurre néo-zélandais depuis près de 6 ans, et une joint-venture entre le groupe Doblali et la société New-Zeland Dairy Board, géant mondial de produits laitiers, s'est opérée depuis septembre 1994, donnant lieu à la création de la société New-Zeland Milk Product Morroco. mais la Nouvelle-Zélande convoite bien d'autres marchés au Maroc. "Des attachés commerciaux de nos entreprises ont d'ores et déjà visité le Maroc dans le but d'établir des études de marché. Celle-ci indiquent notamment des opportunités pour nous de vendre de la laine, du cuir, de la viande et probablement du bois au Maroc. Il est vraisemblable que le Maroc consomme déjà ces produits néo-zélandais transitant par d'autres pays. Mais notre objectif est d'instaurer un partenariat direct", affirme M. Tipping.

    Des touristes néo-zélandais

    M. Tipping au cours de sa première visite au Maroc, a été reçu par le président de la Banque Commerciale du Maroc, M. Abdelaziz El Alami, dans le but d'envisager de prochains contacts avec des hommes d'affaires marocains et des possibilités d'opérations financières. M. Tipping a également visité l'entreprise Robelbois.

    La Nouvelle-Zélande est un pays grand consommateur de phosphates marocains qu'il importe pour une valeur de 20 à 25 millions de Dollars par an. "Notre pays est ouvert à d'autres produits marocains, assure M. Tipping. Je pense par exemple que le cuir marocain en produit fini pourrait bien prendre le chemin de l'Océanie dans un avenir proche. La Nouvelle-Zélande fabrique le cuir essentiellement semi-fini et certainement en moindre quantité que le Maroc".

    La Nouvelle-Zélande présente l'avantage d'une économie moderne, privatisée, ouverte aux importations par des droits de douane très bas. Ses points forts sont l'agriculture, la pêche et l'élevage de moutons et de vaches, la spécialisant dans la production et l'exportation de poisson, de viande, de produits laitiers, de peaux et de laine, de bois et de fruits (pommes, poires, kiwis...). Depuis quelques années, la Nouvelle-Zélande promet aussi de belles perspectives pour le développement d'une industrie cinématographique.

    "Notre économie est dynamique et compétitive. Elle jouit de l'atout de région pacifique qui la fait profiter de la croissance élevée des pays du Sud-Est asiatique avec lesquels elle entretien de nombreuses relations commerciales". les partenaires asiatiques les plus importants de la Nouvelle-Zélande sont la Chine, le Japon et la Corée du Sud, mais son premier partenaire reste l'Australie, avec laquelle elle consiste un marché commun de 20 millions d'habitants (3,5 millions pour la Nouvelle-Zélande, 17 millions pour l'Australie). Ces 2 pays possèdent en commun de nombreuses affinités. "Les principales différences résident dans 2 éléments: d'une parts, la majorité du territoire australien est soumis à un climat tropical, d'autre part, la population néo-zélandaise comporte une part importante de Polynésiens contrairement à l'Australie". Par contre, la Nouvelle-Zélande et le Maroc n'ont rien en commun dans leur histoire. "Mais beaucoup de Néo-zélandais ont visité le Maroc en touristes, souligne M. Tipping. Nous somme un peuple grand voyageur qui aime découvrir les pays les plus lointains".

    B.L.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc