×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Maroc/Etats-Unis: “L’établissement d’une ZLE ne se fera pas sans émotions”
Samuel Bodman, secrétaire adjoint au département américain de Commerce

Par L'Economiste | Edition N°:1364 Le 30/09/2002 | Partager

. Les négociateurs doivent convaincre les hommes d’affaires des deux pays du bien-fondé d’un tel accordLe libéralisme économique s’en tire plutôt bien en cette période de ralentissement économique, habituellement plus propice au protectionnisme de la part des leaders politiques et économiques. Le Maroc et les Etats-Unis semblent pour l’instant emballés par les perspectives qu’offrirait un accord de libre-échange entre les deux pays. Samuel Bodman, secrétaire ajoint au département américain, qui a effectué une visite au Maroc vendredi dernier, en fait même un de ses chantiers prioritaires. C’est un dossier à forte dimension économique mais aussi politique, même si Bodman s’est gardé de trop s’étaler là-dessus. Les Etats-Unis considèrent le Maroc comme un allié incontournable et un bon élève de la démocratie dans la région. Washington aimerait bien que l’accord puisse étendre cette démocratie plus au Sud et à l’Est. Le représentant américain a bien signalé, au terme d’une tournée qui l’a pourtant conduit auparavant en Egypte, en Tunisie et en Algérie “que les négociations autour d’un accord de libre-échange ne concernent pour l’instant que le Maroc”.PourparlersLes entreprises marocaines aimeraient bien pouvoir vendre des produits agricoles sans droits commerciaux aux Etats-Unis, et voir éliminer les mesures antidumping. La question que se posent bon nombre d’opérateurs est de savoir si ce plus grand accès peut passer par l’instauration d’une zone de libre-échange ou par l’OMC. Les pourparlers à l’Organisation Mondiale du Commerce semblent tourner au ralenti. C’est ce qui explique aussi l’intérêt porté aujourd’hui au projet. Le chemin n’est cependant pas sans embûches. Les négociateurs devraient produire des arguments pour convaincre les hommes d’affaires des deux pays du bien-fondé de ce projet précis. Bodman en est convaincu: cela ne se fera pas sans douleur. “A chaque fois qu’un changement est intervenu dans les règles qui régissent le commerce dans le monde, il y a eu beaucoup d’émotions. Cela pourrait être le cas pour certains opérateurs et secteurs d’activité, d’un côté comme de autre. Cela fait partie du processus”. Le secrétaire adjoint invite en revanche à “apprécier les résultats d’ensemble” et précise qu’“il sera nécessaire d’opérer des changements par rapport à certaines orientations et certaines pratiques”. Côté américain, la Commission pour le commerce international a déjà été chargée d’examiner l’impact de l’accord de libre-échange sur certaines industries US. La partie marocaine devrait en faire de même. L’accord est supposé avoir un effet galvanisant sur les exportations et sur l’économie marocaine en général. Cependant, bien plus que des ententes législatives, c’est avant tout une économie compétitive qui favorise le foisonnement des exportations. Il y a les impératifs de la mise à niveau mais aussi les embûches qui entravent le développement des exportations, notamment la lourdeur administrative qui entoure les transactions.Reste la question du calendrier. L’accord sera-t-il prêt comme annoncé par Bush avant fin 2002?. “Je ne peux pas me hasarder à avancer une date, mais je peux vous assurer qu’il y a une volonté réelle de concrétiser le projet”. Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc